13 reasons why

13 bonnes raisons de regarder 13 reasons why

Pour les 3 qui n’ont pas encore compris dans le fond, on va parler de la série 13 reasons why. Alors autant vous le dire tout de suite, y’aura pas 13 bonnes raisons. Donc ni top 13, ni top 5, putain merde, vous m’avez pris pour une youtubeuse beauté ? Du coup, ça fait un peu putaclic comme titre, désolé. Mais bon, faut bien vivre. Abonnez vous.
Et rassurez vous, ici, c’est Paris spoiler-free.

J’aurais dû écrire ce truc y’a un semaine quand j’ai effectivement fini de regarder la saison 2, mais j’étais trop occupé à lire YoungMatka et Mona Champaign au boulot. RO-CAM-BO-LES-QUE. Si vous avez quelques jours du temps à tuer, allez y de ma part. Non, j’ai pas été payé pour dire ça même si ça m’aurait pas dérangé.

J’ai adoré la 1ère saison. A tel point que j’ai regardé les 13 épisodes à la suite. Y’a pas beaucoup de séries qui m’ont donné envie à ce point de savoir ce qui allait se passer ensuite. La façon dont c’est raconté, les intrigues, les personnages. Juste génial. Beaucoup se plaignent de trouver Hannah gnan-gnan, moi pas. Je pense que vous avez oublié la pression sociale de quand on est au collège/lycée. Ou alors vous faisiez partie des « cool kids » et ne la subissiez pas. Les traits sont certes grossis, mais je reste persuadé que tous ces trucs sont déjà arrivés à quelqu’un dans le monde (juste, pas à la même personne, enfin je croise les doigts pour elle).

Et donc, la saison 2 est sortie récemment. Le thème principal change, du suicide vers le harcèlement. On déroule un peu l’histoire des personnages en approfondissant, on découvre même une face cachée pour certains. Le tout sur un fond de procès contre l’école, ce qui est très bien trouvé pour obliger à revenir sur les événements de la saison 1. Enfin j’trouve ça moyen que ce soit l’école sur le banc des accusés, mais bon, c’est les américains, hein.

Est-ce que c’est toujours aussi bien ? Pour être honnête, non. Mais ça reste une bonne saison quand même. C’est le genre de séries qui sont parfaites sur une saison, pour raconter une histoire, qui font le buzz, mais qui supportent très mal les années. Un peu comme Prison Break. Les mecs sont sortis de prison, mais oh oh, attends, on va encore vous faire chier pendant 4 ans (et un reboot 10 ans plus tard…). Mais me lancez pas sur Prison Break, c’est un sujet tabou.

Je n’ai pas trouvé la série choquante (graphiquement) mis à part 2 scènes de la saison 1, le viol et le suicide. J’avoue, je me sentais mal sur mon canapé sur ce dernier. J’ai dû détourner le regard et attendre que ça passe. Mais quand je vois les gens s’offusquer, interdire la série aux moins de 16 ans, interdire les ados d’en parler à l’école, j’trouve ça grave et désolant. Plutôt que d’en faire un sujet tabou, ils feraient mieux justement de prendre le problème à bras le corps, d’en parler, d’expliquer que le suicide n’est pas la solution, et que le harcèlement peut détruire des vies.

Après les cassettes audio, les Polaroids. Attendez, je vérifie… Non, non, on est bien en 2018. Saison 3, ils ressortent la caméra Super-8 ? Oui, parce qu’ils ont prévu une saison 3. Please, non… Ca ne va pas finir comme Lost… On évite de parler de Lost aussi, même combat.

Bon, je profite de ça pour passer un petit message perso.
Dans cet article, j’expliquais que le collège avait été la pire période de ma vie à cause du harcèlement. Je n’en garde absolument aucun bon souvenir. Alors, rassurez vous, il n’y a pas eu de violence physique, mais uniquement verbale. Des moqueries sur mes oreilles un peu pointues, sur ma peau et mes cheveux très très clairs, mon physique ingrat.

J’en ai jamais parlé à personne, ni à mes parents, ni à ma famille, ni à personne au collège. Parce que à cet âge, on ne sait même pas forcément que c’est mal. Je reste persuadé que si j’en avais parlé à l’époque, ça m’aurait apporté plus de problèmes que de solutions. Est-ce que j’en veux à mes bourreaux ? Pas vraiment. Les gosses, à cet âge, sont vraiment cons, certains beaucoup plus que d’autres.

Mais ce qui est sûr, c’est que je ne laisserais jamais arriver ça à mes neveux, ou à mes futurs enfants. Je m’assurerais qu’ils n’en sont pas victimes à leur tour, mais surtout, qu’ils ne deviennent pas des bourreaux. Alors, si vous avez des enfants, ne faites pas la sourde oreille, ne détournez pas le regard, et parlez en avec eux. Même si c’est pas un sujet facile à aborder. Merci.

Rendez-vous sur Hellocoton !

13 thoughts on “13 bonnes raisons de regarder 13 reasons why

  1. Et Dexter… On en parle ?
    Sujet tabou hein.

    J’ai tenu 3 ou 4 épisodes pour cette série, je sais pas pourquoi j’ai pas accroché. Y’a un côté trop teenager. Du coup, en tant que bonne vieille, je préfère me faire l’intégrale de Friends qui me rappelle des bons souvenirs ahaha

    1. Dexter aussi, sujet tabou. Mais un peu moins quand même.
      Bonne vieille ou vieille bonne ? 😉
      Va falloir changer ton nom en Old Matka du coup…

  2. Ah le collège….période difficile pour ma part aussi… pas de violence physique non plus, mais verbale, oui. Et les regards méprisants qui t’anéantissent alors que déjà tu t’aimes pas parce que t’es en pleine crise de puberté et que les hormones viennent foutre le bazar dans tes émotions…

    J’ai déjà prévenu ma fille que ce serait difficile (CM2 en septembre), je leur dis à tous les deux de ne pas se moquer, qu’on ne sait pas ce que les gens vivent, que les paroles sont très blessantes parfois… J’essaie de leur éviter de subir ou faire subir ce calvaire invisible, la boule au ventre et tout…

    Tu veux savoir le pire dans tout ça? Aujourd’hui, les gosses des cours d’école s’y mettent déjà, y’a une peste dans la classe de ma fille ggggggrrrrr… on leur a volé leur innocence, ils ne sont même plus préservés jusqu’à l’entrée au collège…

    1. 😢
      Ca devient de pire en pire…
      On devrait supprimer le collège (et rester jouer à la maison à la place)
      Est-ce que ca t’as posé des problèmes/traumatisée par la suite ? Moi pas, en arrivant au lycée, j’étais complètement passé outre.

      1. La même, déjà arrivée en 3ème, je m’en foutais…
        Le lycée ça a quand même été beaucoup plus soft, des potes bienveillants vs des pestes méchantes, le jour et la nuit!
        Je me suis juste promis d’être très vigilante pour mes enfants

        1. T’as bien raison. Si on peut leur éviter les mauvaises expériences qu’on a subi nous…

          1. En tous cas tu m’as donné envie de regarder la série!
            Pour ma part, ça fait bien longtemps que j’ai accroché sur une série! Trop longues, trop de surf sur la vague du succès…

  3. J’ai bien aimé le livre, enfin je l’ai trouvé intéressant, traitant d’un sujet qui reste encore un peu trop « tabou » à mon goût. Je me tâte pour la série, n’étant pas trop série justement. Mais ça vaut peut-être le coup d’essayer.
    Le harcèlement, le racket, j’ai connu dès le primaire. J’avoue ça m’a pas mal marquée. Le collège ça a été délicat aussi, au début surtout. En 3e ça s’est calmé. Et le Lycée, ça a été un bain de fraicheur – enfin!
    Je suis hyper vigilante avec mon fils. Il est encore petit mais ça vient plus vite qu’on ne le pense. Que ce soit d’un côté ou de l’autre, il faut être à l’écoute.

  4. C’est exactement ce que je me dis quand j’entends des gens parler de période délicate pendant leur enfance ou début d’adolescence : qui peut dire que le collège a été une période très sympa ???
    Je n’ai pas été harcelée, mais j’étais hyper complexée (et je n’avais même pas d’acné), ajouté à l’ascenseur émotionnel de l’adolescence <= le collège est une période compliquée est un euphémisme. En plus le collège c’est loooong. On s’ennuie. Et encore, dès la 4ème ça a été mieux pour moi.

    Avec le recul je me dis qu’il y a un truc qui peut (un peu) aider à passer cette période ingrate : le sport. ça permet plusieurs choses :
    – habiter son corps ce qui n’est pas une mince affaire avec tous les changements subis,
    – éventuellement d’appartenir à un groupe, une équipe et cotoyer d’autres personnes que sa classe,
    … Et d’autres choses mais mon commentaire est déjà bien trop long.

    1. Peut-être pour certains. Enfin j’étais bon en sport, et j’aimais bien ça, mais ça m’a pas vraiment aidé. 😥

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :