Anouchka

Canard Life: Anouchka

Non, je ne suis pas sorti avec la fille d’Alain Deloin Delon. M’enfin j’y perds pas au change, l’Anouchka dont je parle est encore plus mignonne.
Ça y est, aujourd’hui, j’ai enfin décidé de vous parler de la relation longue qui a le plus compté pour moi. C’est celle qui m’a le plus apporté, avec qui ça a duré le plus longtemps, avec qui j’ai vécu le plus de belles choses. Malheureusement, c’est donc aussi la séparation qui a le plus fait souffrir mon petit cœur fragile de babtou quand ça s’est terminé.

Comment ça a commencé

Après ma séparation avec Amélie, ma première copine, j’étais un peu dans le mal. Ben oui, première copine, ça voulait aussi dire première séparation. On est en 2008, et bien que ça fasse un an que je suis seul, j’me sens pas spécialement dans l’envie de remettre ça. Et vu que y’avait pas Tinder et co à l’époque, il s’est rien passé. Quelle époque de merde quand même.
J’étais en pause au travail (à croire que je branlais rien déjà à l’époque, incroyable), et je l’ai vu. Je vais pas vous mentir, quand elle s’est approchée de la machine à café, elle ressemblait à un ange, tout en blanc, avec une robe en tulle. (Oui, je m’étonne moi même, mais je sais ce que c’est de la tulle.)
– C’est qui la meuf ? (Moi à mon collègue, d’une voix innocente qui n’a trompé personne)
– J’sais pas. Elle doit être nouvelle…

Friendzoned ? (qui rappelons le, n’existe pas)

A l’époque, j’étais consultant pour une société externe, et mon collègue s’en va vers d’autres horizons (comprenez qu’il a trouvé mieux payé ailleurs), je me retrouve alors tout seul. Le mec super social que je suis n’a absolument pas de mal alors à se lier d’amitié avec son groupe de collègues/amis. J’rigole, merci Carole. (C’est pas juste pour la rime, elle s’appelle vraiment comme ça.)

On passe alors énormément de temps à discuter par mail, on en devient presque potes. Pendant plusieurs semaines, on se raconte nos vies entières, pour passer le temps. On discute beaucoup de cul aussi. Anouchka (j’adore son prénom), elle est d’origine polonaise, a un an de moins que moi, une sœur un peu plus âgée et 3 demi-frères plus jeunes, et elle habite encore avec sa mère et son beau-père. Et je discute aussi beaucoup avec Carole, toujours par mail. Ça a fini en plan à 3. Petit fourbe que je suis, pour brouiller les pistes, je lui fais croire que je suis totalement in love de Carole, qui est bien évidemment complice.

Je finirais bien évidemment par lui avouer la vérité. Je le répète, la friendzone n’existe pas. Seulement des individus qui sont pas foutus de dire clairement ce qu’ils ressentent. Au début, elle comprend pas vraiment, elle me dit qu’elle s’y attendait absolument pas. Du coup, elle reste un peu évasive sur la réponse (technique dont seules les meufs ont le secret), ni positivement, ni négativement. Finalement, quelques jours plus tard, elle me fera comprendre qu’elle en a envie aussi par MSN. Oui, en 2008, on wizze encore comme des déglingos. Problème ? Si je me souviens bien, je disais que je la faisais rire donc que j’étais à moitié dans son lit, et elle a répondu qu’elle voudrait bien l’autre moitié aussi. J’étais déjà un peu beauf à l’époque, je sais.

Premier rendez-vous

Le mercredi 13 août, quelques jours plus tard donc, je compte bien sceller tout ça avec un baiser. On a pas dû trop se comprendre parce qu’elle m’a pas attendu à la sortie du taf. 🤣😅
Le lendemain, on est partis ensemble, main dans la main, et je l’ai raccompagnée à son arrêt de bus. J’étais un peu pétrifié, on se regardait les yeux dans les bleus yeux en silence. Quand elle m’a dit que son bus arrivait, j’ai pris mon courage à deux mains, et je l’ai embrassée. Ses lèvres avaient un gout de cerise. 😍

Le lendemain, vendredi 15 août, férié. Je me souviens de la date comme si c’était hier. On prévoit de passer la journée ensemble au plan d’eau à Metz. Je passe la chercher en début d’après midi dans ma superbe Audi A3 de société. Sa mère et sa sœur sont à la fenêtre et m’observent pendant qu’elle monte sur le siège passager. Sa mère a lâché, depuis son perchoir, tranquillement et bien fort, un gros « Vous allez doucement et vous faites pas de conneries, hein ». Rouge comme une tomate, je n’ai rien trouvé d’autre à répondre que « Oui, Madame ». J’ai démarré, on a fait 200 mètres histoire d’être seuls et je me suis garé. Je lui ai attrapé la bouche.

On a passé l’après midi ensemble, à discuter, à se promener. Et puis on ira au ciné voir Batman: Dark Knight. Puis manger au resto. Et en sortant, quand je lui demanderais si je la ramène chez elle, elle me répondra « non, on va chez toi ». 😁
Bon, je vous passe les détails, vous avez compris. C’était très bien, pour elle et pour moi aussi. On a dormi ensemble et je l’ai ramenée chez elle le lendemain matin. J’ai bien fait en sorte d’éviter sa mère, je suis donc pas resté. 😉

Emménagement

Dans les semaines qui ont suivies, elle est venue vivre chez moi. Elle a pas emménagé au sens propre, mais disons qu’on passait tout notre temps ensemble. Et ça me semblait totalement naturel, on était bien l’un avec l’autre, alors pourquoi pas.

Environ 6 mois plus tard, on a cherché un appart pour nous deux, plus grand, plus récent pour vraiment emménager ensemble. On a pris une chatte ensemble, Leeloo (ma petite Kittie que j’avais de l’époque de ma précédente ex s’étant fait heurter par une voiture quelques mois plus tôt, et pour laquelle (la chatte, pas l’ex) j’ai encore chialé y’a pas si longtemps au téléphone. 😢)

Routine

Comme dans tous les débuts de relations, tout le monde il est beau, tout le monde il est content. Je suis fou amoureux d’elle et c’est réciproque. On part en vacances ensemble, on prend un deuxième chat, un petit roux qui pue qu’on appelle Lucky.

Je développe une relation un peu bizarre avec sa mère. Alors, non, pas dans ce sens là, arrêtez tout de suite, bande de détraqués. La vérité, je pense que c’était la belle mère parfaite, toujours sympa, mais un peu acide, genre à charrier avec des remarques bien grasses. C’est la première fois que je m’entends aussi bien avec quelqu’un d’une autre génération. Déjà que j’ai du mal avec la mienne, de génération…

Je réussis à la réconcilier avec sa sœur, enfin je l’ai incité à lui reparler, et à faire en sorte qu’elles oublient un peu les raisons (débiles) qui les ont poussées au fil du temps à se détester et s’ignorer complètement. Et puis je l’ai aidée à traverser une épreuve douloureuse de son passé, mais j’vais pas en parler plus parce que c’est quelque chose que je lui ai promis de garder secret, et il est pas prévu que je rompe cette promesse, même aujourd’hui.

On parle de projets. Devenir propriétaires, se marier, avoir des enfants. On s’entend bien sur tellement de domaines, sans faire de compromis, que c’en est presque flippant. Bref, pour la première fois dans ma vie, je sens que c’est la bonne et la vie est belle.

Réveil difficile

Quand on fait un rêve paradisiaque, le réveil est d’autant plus difficile. Ici, c’est un peu la même chose. Au bout d’environ un an et demi ensemble, elle change. Ou alors, c’est moi qui ai changé ? Je crois pas. Je pense pas.

Sexuellement, on ne fait plus rien. Mais quand je dis plus rien, j’exagère pas, hein, c’est du niveau « on a pas fait l’amour pendant plus d’un an ». En vrai, quand t’as trente ans, c’est dur. Ça me frustre. Chaque fois que j’essaye d’en parler avec elle, elle se braque. Je ne peux même plus la toucher (même juste lui prendre la main, hein), je vois bien qu’elle ne me supporte plus, mais elle refuse d’en parler. Ça ira même jusqu’à faire chambre à part. Pourtant, je l’aime toujours malgré ça. Je ne crois pas lui avoir fait quoi que ce soit de si terrible pour mériter ça. A ce jour, je ne sais toujours pas pourquoi, et il est vraisemblable que je ne saurais jamais.

Je vais pas non plus faire mon Caliméro, me victimisez pas non plus hein. J’ai aussi mes torts dans cette relation. Pas (toujours) très démonstratif, pas (toujours) assez à l’écoute, ne faisant pas tellement d’efforts pour lui montrer plus souvent à quel point je tenais à elle. Maintenant, je le sais, je le regrette, et je suis vacciné à vie.

Séparation douloureuse

Au bout d’environ trois ans, j’ai l’impression qu’on est plus colocataires que couple. La goutte d’eau qui fera déborder le vase, c’est qu’elle ne voudra pas m’accompagner chez mes parents, pour Noël, je crois. Selon elle, ma famille ne l’aimait pas beaucoup, alors que y’avait absolument aucune raison et que c’était totalement infondé selon moi. Je crois que c’est moi qui ai dit « c’est fini », mais je reste persuadé que je suis celui qui en a le plus souffert. Je me souviens encore de cette journée, pas la pire de ma vie, mais clairement dans le top 5.

La colocation a été difficile pendant plusieurs mois, le temps que chacun cherche un appart de son côté. Elle est partie la première de l’appart mais a alors refusé de participer au loyer de notre appart devenu bien trop grand et bien trop cher pour moi tout seul, alors qu’on s’était bien mis d’accord auparavant.

Et puis, souvenez vous, on avait deux chats. On s’est battus pour ça aussi. Elle voulait garder les deux, moi aussi. On a finalement été suffisamment intelligents pour tomber d’accord et n’en garder qu’un chacun. Mon petit Lucky (qui a bien grandi depuis, j’ai vu quelques photos en vitesse) me manque depuis ce jour là… 😿

Et le pire pour la fin, son nouveau mec. Enfin non, hein, parce que pendant quasi toute notre relation, c’était juste « un pote avec qui j’ai fait mes études ». Bizarrement, pendant notre relation, il m’a jamais apprécié, je me demande pourquoi. Ou pas. Enfin en soit, j’m’en foutais de qui elle voyait, ça me regardait pas spécialement étant donné qu’on était plus ensemble. Mais ce que je lui reproche, c’est de le faire sous mon nez, pendant qu’on cohabitait encore. J’avais au moins la décence d’attendre qu’on soit vraiment séparés pour chercher à nouveau. Ce qui me prouve encore une fois qu’elle avait abandonné depuis bien longtemps notre relation, et que j’étais plus qu’un colocataire qui paye la moitié du loyer et des factures.

Bilan positif ou négatif ?

En un peu plus trois ans, cette relation m’a apporté certains des plus beaux moments de ma vie, mais aussi des pires. Même huit ans plus tard, il m’arrive encore de penser à elle, et à ce que j’aurais pu faire différemment, et à essayer de comprendre son attitude.

Je ne l’ai jamais recontactée, sauf dans les mois qui ont suivis notre séparation, pour régler de la paperasse, et revoir mon petit gars. Depuis, plus rien, même si j’ai hésité plusieurs fois, pour savoir comment ils vont (elle et mon chat). Je ne l’ai jamais fait.

Rendez-vous sur Hellocoton !

9 thoughts on “Canard Life: Anouchka

  1. J’ai l’impression qu’on passe tous par des étapes similaires…
    Finalement cette relation, quand vous ne vous touchiez plus, de là à faire chambre à part, quand tu y repenses maintenant… Pourquoi n’avoir pas parlé à ce moment là ? Pourquoi subir ça ? Quand on y pense c’est dingue quand même non ? C’est pas ça l’amour !
    On accepte des choses parce qu’on a trop peur de bouleverser sa vie mais elle n’est pourtant pas au top…
    Bref j’ai connu une relation bizarre avec mon ex, et avec le recul je me demande pourquoi je n’ai rien fait…. Et je le remercie de l’avoir fait.
    En conclusion…. La communication quoi… Je parle beaucoup avec mon nouveau chéri. Sur plein de choses.
    Mais j’ai quand même cette impression qu’on passe tous par là et que c’est ça qui nous fait évoluer. Et sinon tu vas bien ?

    1. J’en ai parlé, des dizaines et des dizaines de fois, je n’ai juste jamais eu de réponses…

      Sinon, oui, ça va 😃

      1. Ah oui mais des fois on arrive pas à parler non plus effectivement…. Moi j’ai fait la sourde oreille j’avoue….
        Tant mieux si tu vas bien
        😊😊😊

  2. Pour info, tulle est un nom masculin, mais c’est pas grave, car tu sais déjà ce que c’est, alors bravo pour ça 🙂

    Et je suis bien d’accord avec Pink, ce genre d’expérience aide à évoluer, sauf si on se nourrit de regrets.
    Comme Pink j’ai vécu des relations où avec le recul je me dis, comment j’ai pu supporter ça ? J’ai des éléments de réponse : par manque d’amour et d’estime de soi.

  3. Oh ben elle est tristoune cette histoire! Surtout la séparation avec le chat. J’ai laissé les chattes à mon ex mari, pour une question de territoire (elles vivent bcp dehors), maintenant quand j’y retourne, elles m’ignorent superbement ou pire, elles se barrent.
    Mon « actuel » est resté marié plus de 15 ans avec une femme qui n’avait jamais envie. Jamais, jamais, jamais.Il a 3 enfants et me dit savoir quand exactement ils ont été conçus, Du coup, il ne pensait qu’à ça, du coup elle disait qu’il ne pensait qu’à ça… le sexe, ou plutôt l’absence de sexe a pourri leur vie (et je ne comprends pas comment il s’est infligé ça si longtemps). Elle a fini par lui autoriser d’aller voir ailleurs, et ça a été le début de la fin.
    Idem pour un de mes ex… un bébé dont il connaissait la date de conception, « et même la position ». Leur mariage aura duré moins d’un an, ils étaient ensemble depuis 3-4 ans, il estimait qu’il était trop jeune pour subir ça.
    (Tiens c’est bizarre que je sois tombée sur 2 mecs ayant des choses à rattraper sous la couette, maintenant je me dis que je dois avoir une sacrée tête de chaudasse … merde ).

    Je veux bien comprendre qu’on a pas toujours envie, qu’on est parfois fatigué(e), malade, pas en forme… mais on parle, quoi. Puis faut pas que ça dure non plus, dans un couple l’intimité c’est quand même important / chouette /agréable, ça nous différencie de colocs ou de bons potes en effet.

    Je te souhaite de rencontrer une nana qui aime les chats et la bagatelle, les chats, et qui s’habille correct 😉

    1. Il a fallu que j’aille chercher la définition de bagatelle, même si je me doutais du sens. 😏
      Mais d’où viens le fait de s’habiller correctement ??? 🤔

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :