première copine

Canard Life: Première copine

Aujourd’hui, story time.
J’vais vous parler de ma vie de canard. Du temps où j’étais en couple, et où je me faisais mener par le bout du sexe nez par une meuf, quoi.
Enfin, je vais me limiter aux relations significatives. Et par là j’entends celles que j’ai considérées comme des petites copines. Ca va aller vite, y’aura pas 50 histoires parce que y’en a eu exactement 3. Pour moi, être avec une meuf 2 semaines, c’est pas vraiment être en couple. Si ?
Et si on commençait par ma première copine ? Quelle originalité. J’en ai déjà un peu parlé ici mais on va reprendre l’histoire du début.

Mieux vaut tard que jamais

Ma première copine, je l’ai eu a 22 ans. Oui, j’ai pas fourré ma langue dans la bouche de quelqu’un d’autre avant 22 ans ! Autant vous dire que j’avais du retard à rattraper.
Oui c’est tard. Enfin techniquement, c’était à 4 ans, mais on a dit qu’on comptait pas la maternelle.
J’en avais pas spécialement honte, mais j’étais quand même impatient d’en finir avec ça et de devenir un homme. Autant vous dire que j’en parlais pas à mes copains/copines de classe. C’est ce qu’on fait quand on a honte. Ah ben ok, j’avais honte alors.

Posons les bases

Les gens qui sont nés à la bonne époque se souviendront de MSN et de ses Wizz, de Prizee, des Tamagotchis, des Walkmans. Ah, c’était le bon temps, comme dit mon grand père. Bon, enfin j’vais pas vous faire la liste de tous les objets qui te manquent si t’es de la génération Y, c’est pas Topito ici. Aussi, le premier qui me traite de millenial, je lui en colle une.
Donc, cette demoiselle, je l’ai rencontré sur Caramail. Pour ceux qui connaissent pas (et vous perdez quelque chose…), c’est le Tinder de l’époque. Sauf qu’on swipait pas, mais généralement on commençait les conversations par ASV ? Age-Sexe-Ville. Ah ouais, ça semble impensable de nos jours, mais sur Caramail, y’avait pas de photos.
Son pseudo, c’était Ankhsunamun, le mien c’était Skyangel69. Ouais, je sais, ça claque. Si par hasard je vous ai dragué dessus, dites-le, ce serait cool de se remémorer ces incroyables moments (je me souviens encore de certains pseudos…).

La demoiselle

Elle s’appelait Amélie, elle avait mon âge et elle sentait bon le sable chaud. Brune, ma taille, des gros seins (non mais j’y peux quoi moi, si j’aime ça). Quelques kilos en trop, mais rien de très grave. Elle habitait à Lyon (près de Charpennes, pour les gens de Lyon), j’habitais tout proche à Villeurbanne. On a discuté pendant quelques jours, on s’est échangé UNE photo, et on a donc tout naturellement décidé de se voir. J’ai l’impression que c’était plus facile à l’époque…

La rencontre

Souvenez-vous que je suis méga timide (d’autant plus que c’est un peu mon tout premier rendez-vous amoureux avec une meuf) et j’appréhende grave. C’était la période juillet-août si je me souviens bien. On s’est donné rendez-vous au macdo de Charpennes en début de soirée. Je suis arrivé en premier et j’ai attendu, tendu (Non, pas le sexe. Ok, si, le sexe aussi) et angoissé. Elle est apparue au coin de la rue. J’ai souri et elle a souri en retour. Une fois proche de moi, j’ai dû marmonner un salut probablement inaudible tellement j’avais la bouche sèche.

On a été au macdo, commandé puis on s’est posé sur une table dehors Est-ce que j’ai payé ? Je sais plus. Probablement. On a commencé à discuter, enfin surtout elle. Elle voyait bien que j’étais pas à l’aise, mais elle était cool avec ça. J’ai quand même réussi à lâcher quelques réponses à ses questions, et ptet même en poser une ou deux en retour. Me demandez pas de quoi on a parlé, j’en sais foutrement rien, c’était y’a 12 ans.

Promenons nous dans les bois

Après, on a été se promener. Elle s’est pas barrée après le macdo, donc c’est que je devais m’en être assez bien sorti, je suppose. Non ? Ou alors, elle était aussi  grave en chien (Spoiler alert : Elle l’était). Ou bien les 2. On marche en direction du Parc de la Tête d’Or (tellement de bons souvenirs de Lyon…) et on continue à discuter. Je suis toujours assez muet sur le trajet, pour pas changer une équipe qui gagne.

On finit par se poser sur l’herbe dans le parc, il doit être environ 20h, je pense. Et là, je sais pas si c’était le stress dû au fait de marcher (pas que ça me stresse de marcher, mais marcher plus l’écouter plus répondre plus essayer de pas me vautrer par terre, oui), ou juste que je me décoinçais un peu, mais j’ai été beaucoup plus bavard, et mon charme naturel a agi. Elle n’avait d’yeux plus que pour moi. Il commence à être tard, on décide de rentrer, tel un gentleman, je la raccompagne chez elle.

Malaise

Arrivé devant sa porte, il fait nuit. Evidemment, je commence enfin (un peu tard) à me poser les vraies questions. Je lui plais ? Elle me plait ? Je l’embrasse ? Si elle me propose, je monte chez elle ? Ou bien je lui demandes si je peux monter ?
De mon côté, elle me plait assez, son physique, son caractère. Et puis bon, étant donné que j’ai eu la trique pendant tout notre rendez-vous (aaah les hormones…), ça me semble être une évidence. J’aurais dû m’y prévoir avant parce que le moment devient un peu gênant. On se regarde, personne dit rien, et je finis par sortir « bon ben, c’était sympa, hein » et je… lui fais la bise.

Délivrance !

Je me sens con. J’apprendrais plus tard (une fois ensemble) qu’elle a été surprise. Ce à quoi je lui ai répondu qu’au cas où elle avait pas remarqué, j’étais timide.
Je décide donc de porter mes couilles et de devenir un homme. Je me rapproche d’elle, et je lui prends les mains. On est toujours les yeux dans les yeux, et je finis par lui attraper la bouche. On est tout beaux tout mignons, et on peut pas se lâcher pendant 5 à 10 minutes. Y’a des gens qui passent dans la rue et qui nous gardent. On se fait même siffler par des jeunes (pff, ces jeunes) et les vieux nous regardent bizarrement (comme si on allait baiser dans la rue ?).

Elle me demande si je veux monter. Si je monte, je sais très bien que ce sera pas pour jouer au Monopoly. Il est tard, et je bosse le lendemain. Je peux faire le doublé premier baiser-première fois, est-ce que j’y vais ? Je me suis dit que c’était une mauvaise idée, pace que j’allais tenir 5 secondes, et elle ne voudrait plus jamais me revoir. J’ai donc décliné, toujours en bon gentleman que je suis. Je rentre donc chez moi à pied ce soir-là, heureux.
Le lendemain, je me réveille à côté de la voisine. Non, j’vous ai bien eu. Je vais bosser dans la boite de connards ou je bossais à l’époque et qui m’ont viré par la suite. Mais là n’est pas le propos.

L’attente

De son coté, elle est partie chez ses parents à 500 kilomètres pour 2 semaines. 2 semaines, c’est long. Trèèèèèèès long. Finalement, après 1 semaine et demie, elle décide de rentrer pour me voir. Eh ouais, qu’est-ce que vous voulez, je fais cet effet-là aux femmes. Le soir de son retour, je vais donc chez elle. On se fait des bisous. On s’installe sur son mini canapé, chacun d’un côté, à moitié allongé et on se regarde. J’ai une vue parfaite d’où je suis sur sa petite culotte, sous sa jupe. Non, je suis pas un pervers… « Tu sais que je vois ta culotte d’ici ? – Ah ouais, t’aurais préféré que j’en mette pas ? Ah ben ok, si tu la sens comme ça… »

On sait tous les deux ce qui va se passer… Je glisse mon pied entre ses jambes et je commence à la caresser. On a fini sur le lit. Comment était ma première fois ? Très bien. En vrai, je me souviens pas des masses de détails. Elle a kiffé, moi aussi, on a fini dans les bras l’un de l’autre après les câlins et puis on a dormi ensemble.
Et j’crois qu’on s’est plus quittés, ou pas beaucoup (pour aller travailler, et, ok, je la laissais tranquille aux chiottes aussi.)

Un appart, un chat, Nounours

Au bout de quelques mois seulement, j’emménageais temporairement dans son appart de 36m², le temps d’en trouver un plus grand et mieux pour nous 2. Ça semble rapide, ouais, c’est vrai, mais bon, moi, j’ai toujours été comme ça. Quitte à être ensemble, j’ai pas envie de devoir aller l’un chez l’autre et se voir moins longtemps, moins souvent. Et puis quand tu vois que les stars, de nos jours, se demandent en mariage au bout d’un mois, je me dis que j’ai encore de la marge.

Son appart était vraiment bof (et celui que j’avais avant encore pire, mais bon, c’était une pseudo chambre étudiante), dans un quartier un peu bizarre. Je me souviens encore une fois avoir dû me lever en pleine nuit parce que y’avait du bruit à l’étage en dessous, où la meuf venait de mettre son mec à la porte à moitié à poil et lui disait de se barrer et lui voulait pas. Avec mon physique de videur, je lui ai fait comprendre qu’il était 2 ou 3h du mat, et que j’avais envie de dormir au lieu de les écouter gueuler. On est finalement pas resté très longtemps, puisque on a déménagé dans notre palace de 75m² quelques mois plus tard, dans la même rue. Et on a pris une chatte (celle qui fait miaou, pas l’autre).

Je vous parle brièvement de Nounours parce qu’il insiste derrière moi pour avoir un plusieurs article rien qu’à lui. Non, mais vous inquiétez pas, vous comprendrez à ce moment-là.

Le milieu de l’histoire…

Et puis, j’me suis fait virer à cause d’un blog. Tout ça parce que j’aurais soit disant dit que je glandais rien au boulot et que j’aurais traité mon responsable de vieux connard coincé dans le passé (ou un truc du genre). Il l’a mal pris, faut croire. Bah, qu’ils aillent se faire foutre. Au final, ils m’ont donné le coup de pied au cul dont j’avais besoin, quand j’y repense. On pensait de tout façon déjà à déménager vers le Luxembourg, pour 2 raisons. Sa famille habitait dans le coin, et puis pour le boulot (et le salaire qui va avec). Du coup, on en a profité, j’ai trouvé une société qui me détacherait là-bas, ça a finalement pas marché, mais on a quand même déménagé entre temps, j’ai dit adieu (au revoir ?) à Lyon. J’ai retrouvé du travail un peu après, elle aussi.

…Et puis la fin

La vie suit son cours, rien de très passionnant, on s’aime, mais la routine s’installe, on fait plus vraiment d’efforts l’un pour l’autre. C’est ce qui causera notre perte. Elle finira par me quitter parce qu’elle commençait à éprouver des sentiments pour un autre mec qu’on connaissait, rencontré sur un jeu en ligne auquel on jouait tous les 2, un meuporg (ou bien c’est morpeug ?, et qui habitait à une centaine de kilomètres, moche comme pas possible, en surpoids, sans emploi ni perspective d’avenir. Je l’ai assez mal pris. Pas seulement pour ces choses-là, mais un peu quand même. Parce que c’était ma première rupture, parce que je l’aimais, même si je le montrais pas forcément.

Au final, on est resté 2 ans ensemble.
Je l’ai croisé une ou 2 fois de loin par la suite, mais on a plus jamais eu de contacts, et c’est pas plus mal. Au jour d’aujourd’hui, je ne sais pas ce qu’elle est devenue. Je ne la déteste pas pour ce qu’elle a fait, mais je n’aurais plus rien à lui dire, qu’elle vive sa vie et je vivrais la mienne.
Elle restera ma première copine et celle qui a pris mon innocence 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !

22 thoughts on “Canard Life: Première copine

  1. Prizee, msn, les wizz, les skyblogs ! 😀 Quelle époque !
    C’est une belle première fois je trouve, ça valait la peine d’attendre 🙂

    1. La meilleure des époques ! 🙂
      Je sais pas si ça valait la peine d’attendre, mais ouais, c’était pas une expérience trop horrible à vivre 😉

      1. Bah oui mais je trouve ça trop chou 🙂
        J’ai créé un blog, à force de vous lire, ça m’a donné envie, tu pourras même y lire ce que je voulais te dire sur les Tribulations et tu pourras me dire que je suis une vilaine na!
        Blague à part, je serai heureuse d’avoir tes critiques qui je n’en doute pas, seront constructives!

        1. OK, j’irais voir ! 😀
          Ce que tu voulais me dire ? Je comprends pas de quoi tu parles.

          1. On avait un peu échangé par mail, je t’avais demandé ton avis sur les relations avec des hommes pas libres… t’avais même était super méchant (nan je déconne, pas grave si tu te souviens pas)

          2. OK, oui, j’ai été voir dans mes mails, je me souviens. J’avais pas forcément fait le rapprochement avec le pseudo.
            Mais j’suis pas d’accord sur le fait d’avoir été méchant. 😀

          3. Bah pas sur le sujet mais après, mais je te charrie, t’avais juste été un peu, comment dire, sec?
            Mais je ne t’en avais pas tenu rigueur, la preuve, j’adore te lire 😉

  2. Elle a pris ton innocence ? Je n’aime pas la chute car ça reste une jolie histoire. Tu aurais pu écrire que tu lui as offert ton innocence.

    J’ai commencé les bisous et le sexe trèèèès tôt. Et pourtant j’ai eu peu d’histoire d’amour. Il m’est arrivé d’avoir de longues relations, mais pour moi ce n’étaient pas des histoires d’amour. à moins que je confonde passion et amour…

    1. Quand je dis qu’elle a pris mon innocence, ce n’est pas péjoratif. Ca veut juste dire que c’est avec elle que j’ai perdu ma virginité. 😀

  3. T’inquiète j’avais compris 😉
    J’ai marqué les hommes qui ont eu leur 1ère expérience avec moi, même s’ils ne sont pas devenus des amoureux. Avec le recul ça me gêne de laisser un souvenir fort. J’aurais aimé que ce soit plus neutre. Certains m’ont contacté de nombreuses années + tard (via Linkdin par ex) et j’ai été très mal à l’aise. Je vivais paisiblement jusqu’alors, ignorant qu’ils pensaient encore à moi (et que j’avais été la 1ère). Mon ego fonctionnne étrangement.

    Par le pseudo de Choky j’arrive sur un message du genre : page supprimée ou introuvable 🙁

    1. Effectivement. On lui avais conseillé de le faire sur WordPress, il faut croire qu’elle l’a fait et supprimé l’ancien. Bah, elle passera donner l’adresse plus tard 🙂

        1. Je comprends mieux ton commentaire 😂
          Désolée oui je comptais profiter d’un message pour faire ma promo 🤣

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :