D’accord, pas d’accord: Les sujets qui fâchent

D’accord, pas d’accord: Les sujets qui fâchent

Sur Twitter, ça aime bien prêcher la bonne parole. Parce que si moi je pense tel truc, le monde entier devrait être d’accord avec moi. C’est évident, voyons. (Non)
Parlons donc de ces sujets qui fâchent, qui divisent. Il est temps de foutre la merde. Non, ça n’inclue pas le débat « Britney Spears vs Mariah Carey ». Désolé.

Je passe toujours trop de temps sur Twitter. Pourtant, je sais que c’est pas bon pour la santé. Y’a au moins un abruti tous les trois tweets qui mériterait d’être bloqué parce qu’il raconte de la merde. Je me suis même dit que je pourrais faire fortune en vendant une app ou une liste qui permettrait de bloquer tous les cons. Ouais, en gros, bosser pour Twitter, vu qu’eux le font pas, leur boulot. Sauf que y’aurait pas assez de 24h dans chaque journée pour tous les faire disparaitre.

Avant qu’on me tire la veste, je tiens à préciser que pour toute la première partie, ce sont des choix personnels et je respecte le choix que font les autres, même s’ils sont différents des miens. Je vous remercierais donc par avance de les respecter vous aussi.

Chacun ses choix

Le mariage

Pour moi, c’est non. Perso, j’en vois pas l’intéret. Maintenant, si c’est important pour la personne avec qui j’aurais choisi de partager ma vie, bien sûr que je le ferais. Mais est-ce que j’en ai besoin? Non. Pour être honnête, le seul avantage que j’y vois, c’est de payer moins d’impôts. Et pour ça, le PACS, ça donne exactement les mêmes droits.

Et puis payer une fortune (la robe, la réception, etc.) pour une journée dans sa vie (certes une journée importante), non merci. J’préfère encore dépenser un peu plus dans les alliances (pour le symbole et l’objet) ou un voyage (qui fera office de lune de miel). Bah ouais, on peut très bien faire ces deux choses sans le mariage qui va généralement avec.

Je ne vous rappellerais pas non plus que 45% des mariages finissent par un divorce.

Les enfants

Non plus. Mais encore une fois, c’est quelque chose qui se décide à deux, et donc je ne suis pas totalement fermé à la question. Mais quitte à avoir des enfants, autant adopter. On est déjà trop nombreux sur la planète, et puis je me dis que donner de l’amour et améliorer la vie d’un gosse qui n’a pas de parents ou des parents pas à la hauteur, c’est bien. Pas besoin qu’il aie mes gènes et la future calvitie qui va avec.

Evidemment, si la personne a des enfants de relations précédentes, la question ne se pose pas et on les abandonne sur le champ.

Certes, les enfants, c’est très certainement beaucoup de bonheur et de moments de joie. Mais cC’est aussi un coût monstrueux, des nuits blanches, dire adieu à sa vie perso/pro pendant quelques années, se faire du souci parce qu’ils sont pas rentrés, les crises d’adolescence, avoir peur pour sa fille parce que la majorité de mecs sont des chiens, etc. Ouais, ça commence à faire beaucoup.

Je m’excuse donc auprès de mes neveux, ils n’auront jamais les cousins qu’ils voulaient (c’est ce qu’ils m’ont dit vouloir quand je leur ai posé la question à Noël 🤣).
En tout cas, pas de moi, les gars.

Vivre ensemble

Il y a quelques années, j’aurais dit « Ben oui, évidemment ». Maintenant, je suis plus très sûr. Disons que je me contenterais d’un « de préférence, si possible ». Parce que j’ai adoré les années que j’ai passé à vivre avec mes exs et je n’ai jamais regretté. Sauf peut-être au moment de la séparation, la cohabitation difficile, le partage des biens communs et surtout devoir laisser partir un de mes amours (mon petit Lucky 😥).

Mais d’un autre côté, finalement, j’aime bien aussi avoir ma tranquillité de temps en temps et je pourrais ne pas vivre avec la personne que j’aime. Avec un bémol, cependant, c’est d’habiter proche l’un de l’autre, à quelques dizaines de kilomètres max et de se voir très souvent. Pas forcément tous les jours non plus, mais plusieurs fois par semaine au moins et une partie du week-end, dormir parfois l’un chez l’autre, etc.

Les religions

La religion, selon moi, c’est un truc personnel, propre à chacun et où chacun la pratique avec sa vision de la chose. Et pourtant, c’est incroyable à quel point tout le monde veut imposer la sienne, ou bien son interprétation au sein d’une même religion. Il serait temps d’accepter que les autres vivent leur religion différemment, et qu’il n’y a pas de mauvaise réponse (sauf l’extrémisme, évidemment).

Moi ça me passe au dessus de la tête maintenant, tout ça. Pourtant, quand j’étais enfant, il nous arrivait d’aller à l’église et j’ai même fait le catéchisme. Bon enfin j’avoue, ça, c’est surtout parce que j’ai vu que ma sœur avait eu plein de cadeaux après sa communion. Ai-je vendu mon âme pour cette télé 36 cm dans ma chambre ? Oui. Irais-je en enfer pour ça ? Je pense pas.

ACAB (All Cops Are Bastards)

Faire des généralités, c’est mal, m’voyez.
Moi, je suis pas d’accord avec les gens qui disent ça. Surtout que c’est probablement les mêmes qui les encensaient il y a quelques années lors des attentats.

Clairement, y’a des mauvaises herbes dans le lot, des bacqueux qui jouent aux cowboys dans les cités, ceux qui démarrent les échauffourrés dans les manifestations pour avoir une excuse pour taper, ceux qui préfèrent remettre en question les victimes de viol ou d’agression, etc. Est-ce pour autant qu’ils sont tous pourris ? Je crois pas. Certains font leur travail mais sont limités dans leur action par les moyens, la hiérarchie, des règles qui datent d’un autre siècle (comme celles qui font qu’on se coltine un ministre de l’intérieur accusé de viols, entre autres), etc.

Là où on risque de pas être potes

Pour ceux-là, je prétendrais respecter votre opinion sur ces sujets, mais en vérité, faudra pas m’en vouloir si j’vous aime pas beaucoup.

Le féminisme

J’pense qu’il est difficile d’affirmer qu’en 2020, les hommes et les femmes sont égaux. J’arriverais jamais à prendre au sérieux quelqu’un qui me soutient le contraire. Salaires, carrière professionnelle, valeurs morales, comportement envers les autres, etc. Sur certains sujets, on avance, sur d’autres, des fois, je me demande si on régresse pas…

Sans non plus le crier sur les toits (je n’ai d’ailleurs pas accès à mon toit, même si vous vous en foutez), j’ai absolument pas honte de me dire féministe. Enfin je devrais dire « allié » ou « woke », sinon je risque d’en froisser certaines, même si je trouve un peu ridicule de jouer sur les mots. Certes, étant un mec, je ne serais jamais confronté à ce que peuvent vivre les femmes, mais je trouve absurde qu’on dise que je ne peux pas le comprendre. Comme vous (j’aime à croire que les gens qui me lisent en ont un), j’ai un cerveau et je suis encore capable de faire la part des choses.

PMA et IVG

Non, des parents, c’est pas forcément UN papa et UNE maman (je vous laisse aller regarder comme les anti-PMA se tournent en ridicule dans leurs manifestations, c’est hilarant). Non, un enfant ne sera pas moins heureux parce qu’il a deux papas ou deux mamans, ou juste un ou une seule. Arrêtez donc l’hypocrisie de vouloir « penser au bien de l’enfant », vous êtes juste homophobes/bloqués au 17ème siècle.

Même chose pour l’IVG. Pourquoi les gens se mêlent de ce que font les autres de leur corps ? Laissez les gens faire ce qu’ils veulent. Pourquoi vouloir absolument que quelqu’un d’autre mette au monde un enfant qui n’est pas désiré, qui n’arrive pas au bon moment dans une vie, qui est le fruit d’un viol, et j’en passe.

Les anti-vaxx

Oui, je suis d’accord pour dire que certains vaccins ont provoqués des morts. Et en provoqueront probablement encore. Parce que pas assez testé, ou par cupidité du laboratoire, ou même sur le principe même du vaccin. Faut-il rappeler que le but même du vaccin est de provoquer une réponse immunitaire ?

Parce que, s’injecter un virus ou une bactérie, même affaiblis, peut avoir des conséquences. En attendant, sans les vaccins, on aurait encore des taux de mortalité proches de ceux des pays sous-développés. Enfin c’est juste ce que je pense, scusez moi, j’suis pas docteur donc j’ai pas été vérifier.

La sexualité

C’est bien simple, vous faites ce que vous voulez, à partir du moment où c’est légal, où tout le monde est consentant et respecté et où personne n’est blessé (physiquement, ou mentalement), sans manipulation ni ascendance. Moi j’le vois comme ça (après, y’a ptet des trucs auxquels j’ai pas pensé, j’avoue). Que ce soit en termes de genre des partenaires, du nombre, de l’âge, des pratiques.

Petit rappel aux mecs, « pute » n’est pas une insulte mais un métier. Et « salope », c’est une grande salopette (sinon j’vois pas).

Ce qui est non négociable

Et pour cette liste, c’est non négociable, et si vous n’êtes pas d’accord, j’espère qu’il existera une place réservée pour vous en enfer.
Tu contestes ? Prépare ton testament, gars. (Pour les boomers qui ont la ref. Pour les autres, désolé mais impossible de trouver le clip. Ouais, à l’époque, on matait les clips dans le Hit Machine avec Charly et Lulu, sah quelle époque.)

J’ai même pas envie de détailler plus que ça tellement ça mérite pas: Racisme, homophobie, grossophobie, transphobie, harcèlement, violence (au sens large du terme), et la liste continue. Tous les trucs dont l’univers pourrait se passer, quoi.

Tldr

Ayez vos propres convictions, à partir du moment où vous respectez celles des autres. Et bordel, foutez leur la paix.
Y’a des milliards d’autres sujets qui pourraient faire débat. En fait, je crois qu’il n’y malheureusement aucun sujet sur lequel on mettra tout le monde d’accord. A part sur le fait qu’on sera jamais d’accord sur rien. Là dessus, on est d’accord. 😉

PS: Moi j’ai choisi Britney. Attends, tu croyais quoi ?

1 thought on “D’accord, pas d’accord: Les sujets qui fâchent

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :