Dead Inside

Dead Inside

« Mort à l’intérieur » (pour les enrhumés de l’anglais)
Autant vous le dire tout de suite, cet article ne sera pas fun. Parce que ma vie est tout sauf fun en ce moment. J’ai des jours avec et des jours sans. Un jour, tout va bien dans le meilleur des mondes, et le lendemain, j’aimerais juste rester dans mon lit et chialer toute la journée.

Rétro 2019: Du très bon, mais aussi du très mauvais

L’année 2019 avait pourtant tellement bien commencé.
Je vivais ma meilleure vie: J’étais amoureux. Oui, ça me suffisait amplement pour être le mec le plus heureux sur Terre. Bon, on sait tous comment ça s’est fini. Si vous savez pas, vous pouvez toujours aller vous faire la rétrospective, hein.

Et à partir de là, c’est la redescente.
Alors certes, il y a eu des moments sympas après cette « rupture » (qui n’en est pas vraiment une), hein, mais je n’ai pas été transcendé. C’était plus pareil. Sans le vouloir et indirectement, par rapport à sa personnalité et sa façon d’être, elle a relevé la barre encore plus haute en termes de ce que je recherche chez une femme depuis, m’enfin je crois l’avoir dit déjà. Bon ok, peut-être pas en ces termes.

Pour tout vous dire, je crois que je lui donne bien trop d’importance, en racontant tout ça. En fait, c’est même sûr. Parce que, au final, ce qu’il faut en retenir, c’est: Elle ne veut pas de moi. PI, pas intéressée (t’as la ref ?). J’ai compris et respecté son choix, même si j’ai mis du temps, mais c’est la vérité: Elle m’a rejeté et c’est jamais agréable. Mais je peux pas le nier: Je me suis remis de son rejet, oui, mais pas vraiment de son passage dans ma vie (je pense encore à elle bien trop souvent) ni de ce que ça impliquait pour moi et mon futur, de qui je suis et de ce que je souhaite.

L’année 2019 (les 6 derniers mois, plutôt) s’est finie… mal. Bon, enfin, le titre est suffisamment parlant. J’ai vraiment l’impression d’être mort à l’intérieur. Ce n’est pas directement de sa faute, et je ne lui en veux pas (même si on se parle plus et que ça me rend triste 😢), mais je pense qu’elle a cassé quelque chose en moi.

Échec après échec

Chaque discussion que j’ai eue, le peu de rencontres que j’ai faites, je les ai trouvés fades. C’est bien sûr mon expérience personnelle et mon vécu, mais j’ai eu l’impression que chaque discussion, chaque nouvel échange, ou presque, est mort au bout de quelques heures ou quelques jours parce que je suis au final le seul à m’investir dedans, à poser des questions, à relancer la discussion, à m’intéresser à la personne en face, en fait.

Je trouve que les gens aiment trop faire semblant d’avoir une vie bien remplie et n’ont « jamais le temps », ont trop peur de dire ce qu’ils pensent ou ressentent, ne font pas l’effort d’engager eux-même ou de relancer la conversation. Peut-être que je m’y prends mal et je devrais tout de suite proposer un rendez-vous, et prendre le risque de ressentir le malaise en face à face.
(Peut-être que je devrais prendre un peu plus de risques de manière générale.)
Mais moi j’ai besoin de ressentir l’intérêt de l’autre avant d’envisager la suite. Même pour baiser. Ou alors, peut-être que c’est moi le problème et que je ne suis pas intéressant, ou trop lourd, ou trop con. J’ai pas l’impression mais je commence vraiment à me poser des questions.

Et les rares fois où la meuf remplit tous ces critères, alors j’ai l’impression que c’est moi qui ne suis pas attiré. Est-ce que je saborde inconsciemment toute histoire possible ? Je crois pas. Ou est-ce qu’on en revient à cette foutue règle du fait que c’est toujours celui qui est le plus demandeur, le plus impliqué, qui finit blessé ? Si c’est le cas, c’est mort. Je vais perdre à chaque fois très souvent…

Hello 2020

Enfin bon, au revoir 2019 de la mort, bonjour 2020.
Tout ira bien. Enfin si on oublie un peu la guéguerre entre les USA et l’Iran (putain, on se croirait vraiment dans une cour de récré), le fait qu’après l’Amazonie, maintenant c’est l’Australie qui crame (personnes et animaux avec), la France en grève (pour changer, tiens), et tout le reste, j’ai perdu un peu (le peu qu’il me restait en fait) foi en l’humanité.
Moi, pessimiste ? Pour l’avenir de l’humanité, aucun doute (mais ça m’empêchera pas de me battre à mon échelle), mais pour ma propre personne, le verdict reste mitigé. Je suis persuadé que je peux encore m’en sortir. Par contre, j’ai pas dit que ce serait simple.

Nouvelle année, nouvelles résolutions ?

Vous prenez des résolutions, vous ? Moi, pas vraiment. Je suis de ceux qui pensent qu’on a pas besoin d’une nouvelle année pour un nouveau départ dans la vie. Que le changement, le renouveau, il intervient pas le premier Janvier, mais au moment même où on le décide. Le premier Janvier, c’est juste une excuse pour remettre quelque chose à plus tard tout en gardant bonne conscience.

Si vous voulez vraiment tout savoir, mes résolutions sont les mêmes depuis plusieurs années (au moins cinq ans) et n’en sont donc pas vraiment:
– Avoir une meilleure hygiène de vie: Ça inclut faire du sport, avoir un appart propre et rangé, une meilleure hygiène corporelle (alors, non, ça veut pas dire que je suis un gros porc et que je me lave pas, hein), et être plus zen au quotidien.
– Etre épanoui dans mon travail. Haha, pardon, petit rire nerveux.
– Tomber amoureux, et cette fois-ci, que ce soit réciproque. Enfin, quitter le monde des petites putes, quoi. Vraiment, j’en demande trop ?
– Etre heureux tout simplement, en fait (ce qui revient juste à valider le point précédent, je suis pas un mec compliqué).
Autant vous dire qu’à l’heure actuelle, à part quelques sous-objectifs, je n’en valide absolument aucun.

2020, l’année du changement ? (Please, allez, j’en ai besoin.)

18 thoughts on “Dead Inside

  1. Et si tu tombais amoureux de toi au lieu d’attendre que ta vie change grâce à une femme ? Je te jure que tu aurais tout à y gagner. Coeur sur toi (chacun son tour…).

    1. Je sais pas exactement ce que tu veux dire par « tomber amoureux de soi », mais je crois que je m’aime plutôt bien. Physiquement, moralement, socialement (ou plutôt absence de), toussa. Bien sûr, j’ai fait des erreurs dans ma vie, j’ai quelques regrets, mais je les ai acceptés et je me suis pardonné si c’était nécessaire. Et puis c’est pas des trucs graves, impardonnables, hein.

      J’attends pas que ma vie change grâce à une femme. Mais comme certains ont besoin de vivre à 1000 à l’heure, de voyager, d’avoir des enfants (pas toi hein 😃), j’ai besoin au fond de moi de pouvoir compter sur quelqu’un, de désirer quelqu’un, de penser à quelqu’un, etc. Et évidemment que tous ces trucs soient réciproques.
      Pour corriger ta phrase, je dirais plutôt que j’attends qu’elle la complète. (Est-ce que c’est gnan-gnan ? Peut-être, mais c’est comme ça 😅)

      1. Je me suis mal exprimée quand je parlais de tomber amoureux de toi. Tu parles de besoin d’être avec quelqu’un, c’est fort comme terme « besoin », ça veut dire que tu ressens un manque puisque tu es seul. Est-ce que ton bien-être dépend du fait qu’il y ait ou non une femme dans ta vie ? Si c’est le cas, ça met une grosse responsabilité sur les épaules de celle que tu pourrais rencontrer, je crois qu’aucune femme ne devrait être responsable de ton estime de soi. Tu es entier tout seul, tu n’as besoin de personne pour te compléter !

        L’amour, ce n’est pas avoir besoin l’un de l’autre, ou alors ce n’est plus de l’amour mais la co-dépendance. Quand tu as l’estime de soi, tu n’attends plus, tu as confiance, tu sais que ça viendra mais que ce n’est tout simplement pas le moment pour toi. Soit parce que ton cœur n’a pas guéri d’une précédente relation, soit parce que tu n’es pas prêt, soit parce que tu ne t’es pas posé la question de savoir ce que toi tu étais prêt à offrir à l’autre, soit parce que tu as quelque chose à apprendre dans cette période de célibat… par exemple changer tes habitudes, lâcher-prise, remettre en question ton système de valeurs etc

        Il m’est arrivé plusieurs fois de tomber sur des hommes célibataires qui attendaient que je comble leur manque d’amour, ça met tellement de pression qu’en général, ça nous fait fuir… Le dernier homme avec lequel j’ai essayé d’être en couple me regardait comme si j’étais la huitième merveille du monde et me disait « Tu es trop parfaite » (à ses yeux, évidemment), après l’amour il se collait à moi et ne me lâchait plus… Je l’ai largué très vite, je n’ai pas envie qu’un homme me mette sur un piédestal parce que je ne mets personne sur un piédestal, ce que je cherche, c’est une relation équilibrée.

        1. Cf mon autre réponse, j’ai répété « besoin », alors que le mot est « envie ».

          Je ne suis pas Joe (dans You). Je dis ça parce que c’est la première image qui m’est venu à l’esprit à la lecture de ton commentaire. 😃
          Il peut m’arriver d’être collant, certes, mais je sais aussi faire la part des choses, et laisser de l’espace à l’autre. Je peux t’assurer que je ne ressemble absolument pas aux exs que tu décris.
          Dans les choses que j’ai mentionné, j’ai parlé de réciprocité. Elle m’apporte certaines choses, je lui en apporte d’autres (qui peuvent êtres similaires ou différentes).

          1. Je n’ai jamais prétendu que tu te comportais comme un psychopathe avec les femmes,… Je te donnais un exemple personnel pour étayer mon propos. Je me permettais d’écrire un commentaire bienveillant parce qu’en te lisant j’ai ressenti ta frustration et ta peine (je suis empathique, je n’y peux rien). Si tu préfères ne pas te poser de questions et rester dans ce constat d’échec, très bien aussi, je ne t’embête plus ! 😉

          2. Ok, désolé dans ce cas, mais je l’avais pris pour moi.
            Je me pose des questions, et évidemment que non, je ne veux pas rester dans ce constat d’échec. Et j’apprécie d’avoir l’avis d’autres personnes mais je ne suis pas sûr que dans ce cas précis, vous ayiez compris ce que je ressens (et peut-être que c’est de ma faute et que je l’ai mal exprimé).

  2. Entièrement d’accord avec Pandora (merci de t’exprimer aussi bien, cela m’évite d’avoir à chercher mes mots !).

    Tabi, tu écris que tu n’attends pas que ta vie change grâce à une femme… et juste après, tu écris que tu as « besoin » (le mot est effectivement très fort) d’avoir quelqu’un dans ta vie. Pourquoi ? Je ne suis pas avec mon conjoint parce que j’ai besoin de penser à quelqu’un/à lui. Il n’est pas avec moi parce qu’il a besoin de désirer quelqu’un. L’amour, les relations, ce n’est pas « avoir besoin ». C’est « avoir envie », et on a envie d’une personne en particulier. On n’a jamais envie d’être « en couple » (enfin si, pour certain.e.s, mais ça ne va jamais bien loin).

    Toi tu souhaites tomber amoureux, comme tous les ans apparemment… mais tu devrais rencontrer une personne, puis vouloir être avec CETTE PERSONNE, pas « tomber amoureux » sans COD derrière.

    1. Effectivement, j’ai écrit « besoin », alors que je voulais écrire « envie ». J’ai repris besoin parce que c’est le mot que j’avais employé au dessus. My bad.
      Et c’est implicite tomber amoureux « d’une personne en particulier » (ça me semblait évident par l’utilisation de la réciprocité, mais c’est peut-être moi). J’ai jamais voulu être/été en couple avec une meuf juste pour ne pas être seul. Et évidemment, pour tomber amoureux, il faut d’abord la rencontrer la bonne personne.

      Ce n’est pas « comme tous les ans », ce sentiment n’a absolument jamais changé. C’était le cas avant Juliette, c’est le cas maintenant.
      Je n’ai jamais jamais écris non plus que j’attendais que ma vie change grâce à une femme.
      Je sais que ça part d’une bonne volonté et de vouloir débattre sur le sujet, mais j’ai l’impression que vous déformez (ou en tout cas, interprétez à tort) mes propos.

      1. J’ai écrit : « tu écris que tu n’attends pas que ta vie change grâce à une femme », il n’y a qu’une seule négation, j’ai donc écrit exactement la même chose que toi. Heureusement d’ailleurs, parce que ce serait faire porter une énorme responsabilité sur le dos d’une seule personne, et ça franchement, ce serait prendre le pire départ du monde. Mais comme je n’ai pas écrit ça… ce n’est pas la base de mon commentaire.

        OK, tu voulais écrire « envie », on reprend. Pourquoi tu en as envie à ce point ? C’est ça la vraie question, qui pour le moment n’a pas de réponse. Ta vie est déjà complète, tu n’as pas envie de la changer, et pourtant tu souhaites « tomber amoureux d’une personne en particulier ». Pour moi c’est contradictoire. Il y a cette envie qui semble sortir de nulle part, et qui me fait davantage penser à de la co-dépendance, comme ce qui a été écrit au-dessus.

        Je veux bien ne pas déformer tes propos, comme tu dis, mais bon, là on est à l’écrit, pas à l’oral. Tu écris avec ton passé, ton présent et tes histoires (du coup tu as tes repères à toi, que nous n’avons évidemment pas, vu que nous sommes tes lecteurs virtuels… on ne se connaît pas). Je te lis avec mon passé, mon présent et mes histoires. Tu ne les connais pas non plus. Tout le monde ici va forcément « interpréter à tort », ce qui est un pléonasme : on interprète TES écrits selon NOTRE vérité. Désolée si ça ne te plaît pas ou si tu as l’impression que c’est déformé, ce n’est évidemment pas le but. Comme Pandora, je suis plutôt empathique, j’aime beaucoup aider les gens, discuter, surtout si les points de vue diffèrent des miens. Je pense que c’est aussi le but de ce blog, non ? Echanger des idées ?

        1. Non, ma vie n’est pas complète (et si on n’avait plus rien à vivre, alors ce serait bien triste), j’ai justement écrit que ce n’est pas le cas. Encore un exemple de déformation, j’ai écris exactement l’opposé ! Où est la caméra cachée chez moi ?😃
          Enfin c’est pas grave.

          Je n’ai pas envie de changer ma vie pour autant, dans le sens où je l’accepte comme elle est (et puis elle est pas finie), et je ne voudrais pas (et même ne pourrais pas) être quelqu’un d’autre. Mais est-ce si incroyable de penser que je voudrais la partager avec quelqu’un d’autre ? A vous lire, on dirait que oui. Tu parles justement du fait que vous avez votre vision de la chose à cause de vos propres expériences, et c’est tout à fait normal et je comprends, mais vous lire me donne l’impression que vous ne pouvez pas accepter ma propre vision des choses.

          Si je devais résumer l’article (qui me paraissait pourtant simple à l’écriture): Juliette (et le fait que je sois tombé amoureux d’elle) m’a donné à nouveau envie de tomber amoureux de quelqu’un d’autre et de partager des choses avec cette personne. Je galère à trouver quelqu’un qui me convient (et ce, bien avant Juliette, hein). Les rencontres que j’aies faites depuis sont des échecs morts-nés, parfois par ma faute, mais bien souvent, je n’ai pas l’impression, et ça me frustre. (je veux bien concéder que le fait d’être autant introverti ne m’aide pas dans le domaine de la séduction et des rencontres)

          On peut changer de sujet de conversation ? 😉

          1. Ton premier paragraphe marque bien tout le problème de l’écrit… tu n’as pas compris le propos, et ce n’est pas grave 😉 J’ai voulu taper dans la figure de style, échec de ma part, j’en suis désolée.

            Le truc c’est que ta vision des choses ne me paraît pas simple, en fait. Evidemment pour toi elle l’est, mais à te lire, c’est toujours aussi confus -pour moi. Peut-être parce qu’on est à l’opposé sur ce point, peut-être parce que, encore une fois, l’écrit a ses limites.

            On peut changer de sujet bien sûr, mais après tout on est dans les commentaires d’un article en particulier… dommage d’arrêter la conversation comme ça 😉

    2. J’ajoute que tomber amoureux n’a rien à voir avec aimer. Être amoureux c’est fugace, aimer c’est autre chose, c’est sur le long terme, on peut aimer pour la vie, être amoureux pour la vie, c’est un peu plus compliqué ! (Merci pour le compliment).

  3. J’avais compris ton article de le même façon que Pandora et Maïwenn.

    J’ai une question, qu’est-ce qui fait que parfois tu vas mal ?

    Et j’ai une remarque, quand on commence une phrase par : « les gens… » ça voudrait signifier que nous avons des résistances sur lesquelles on refuse de réfléchir et on en fait porter la responsabilité à autrui.

    J’ai envie de la me la jouer Gandhi (en toute humilité) : sois le changement que tu veux voir dans ta vie. Il ne dit pas tout à fait ça, mais c’est l’idée.

    J’aime beaucoup l’idée des résolutions. Mais ma date pour les formuler est le 1er septembre. C’est une sorte de remise à zéro. Je lâche les tenues estivales et tout ce qui va avec, pour retrouver une vie plus cadrée, sérieuse en tenue de bureau.

    1. Ce qui fait que je vais mal, parfois, c’est quand je repense à des choses que j’ai vécues (en couple et amoureux, et pas seulement avec Juliette), et que je ne vis donc plus pour le moment, des choses qui me rendaient heureux, ou que je voudrais vivre. Parfois, c’est des trucs tous cons.
      C’est le fait de vivre des fois des trucs supers cools (ça m’arrive) que j’aurais envie de partager avec une personne spéciale, ou justement des trucs pas cools, où j’aimerais avoir le soutien de quelqu’un.
      (pas d’exemples, jardin secret, toussa, désolé).
      Je vais mal « sentimentalement », hein, tout le reste est ok ou moins grave pour moi. (le taf, la santé, l’argent, la famille, etc.)

      Oui, je fais porter la responsabilité à autrui ici. Enfin pas dans tous les cas, j’assume ma part de conneries parfois, mais j’estime que c’est rare, je dirais de l’ordre de 90%-10%. (j’ai pas fait de stats précises, désolé, c’est ptet 80-20, ou alors en fait je me fourvoie et c’est 0-100)

      Chacun fait bien comme il veut, hein. Je juge pas la vie des autres, je parle pour moi.
      Perso, je trouve que ça ne change pas de le faire en Septembre ou en Janvier (ou n’importe quel autre mois). Si je veux changer/améliorer quelque chose chez moi, pourquoi ne pas le faire de suite ?

  4. J’ai l’impression que tu te crées un ou des manques. Et je rejoins ce qu’ont écrit Maïwenn et Pandora, tu as besoin d’être en couple pour être heureux et complet, donc tu es dans le passé ou dans l’expectative. Sauf que, ici et maintenant tu es seul.

    Quand Pandora écrit qu’il faut que tu tombes amoureux de toi, c’est que tu es le seul responsable de ton bonheur, il n’est conditionné par personne, ou par aucun élément extérieur et encore moins à une hypothétique rencontre. Tu es le seul responsable de ce que tu ressens. J’ai bien compris que tu bloques avec ça. Je te redis ce qui a déjà été écrit : il faut que tu aimes ta vie, ta situation, que tu te sentes complet. Ensuite une relation ne sera que la cerise sur le gâteau.

    1. Merci, c’est exactement ce que je pense. Nous sommes les seuls responsables de notre bien-être. Et quand on est bien avec soi, on dégage quelque chose de confiant et on attire les bonnes personnes (dans tous les domaines par ailleurs, pas que le sentimental).

  5. Personnellement quand je te lis, je t’imagine juste en grand sentimental qui a envie d’être aimé et d’aimer en retour (comme tu l’as très bien dis dans ton article).. Tout simplement. Je ne suis pas sûre qu’il y ait besoin de chercher midi à 14h.. T’es un amoureux de l’amour, voilà tout. (non?)

    Ta vie en étant seul, elle est éclairée par une ampoule basique, c’est rengaine.
    Ta vie en étant en couple, elle est éclairée par une jolie ampoule qui change de couleurs. (je ne me drogue pas, c’est juste l’image qui m’est venue en tête.. lol) Mais je me trompe peut-être ?

    En tout cas je comprends, malgré tout, que d’autres personnes puissent penser que c’est un BESOIN pour toi, c’est parfois ce qu’on pourrait ressentir quand on te lit..

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :