Hibernation

Homo Hibernatus

L’hiver approche. Il fait froid. Du coup, je me suis automatiquement mis en mode hibernation, d’où mon absence pendant ces dernières semaines. Bon, enfin ce n’est qu’une toute petite partie de la vérité. Le fait est que j’avais absolument aucune motivation pour écrire. Et pour être honnête, c’est encore un peu le cas. Et puis le dernier mois a été un peu vide, dans ma vie et dans mon âme (rattrapé par mes démons).

Au cas où vous auriez jamais remarqué, je suis très irrégulier dans la parution d’articles. Sans blagues. Non, mais après, j’ai jamais voulu me tenir à une fréquence, parce que sinon, ça deviendrait une obligation. Alors que ça doit rester un plaisir. Je sais pas pourquoi je dis ça étant donné que personne a rien dit et tout le monde s’en fout, mais je me sens obligé de me justifier. Va comprendre.

Alors que s’est il passé récemment ? Pas grand chose.

12 octobre 2018

Il y a un an jour pour jour ce jour là (donc y’a déjà plus d’un mois), je recevais le premier message de Juliette. Est-ce que j’y ai pensé ? Non. Oui. Un an plus tard, j’y pense encore. Mais bon, pour ma défense, je vous l’avait dit, je ne me suis jamais senti aussi « connecté » émotionnellement avec quelqu’un avant. Bon, on sait tous comment ça a fini, et je m’en suis remis. Je ne dis pas que je ne pense plus à elle tous les jours parce que c’est pas beau de mentir, mais j’ai accepté que ce que je ressentais pour elle ne soit pas réciproque. De toute façon, j’avais pas le choix, elle a décidé pour nous deux.

C’est marrant, je me souviens parfaitement de la date du début, mais absolument pas de celle de la fin. Je me demande si elle y a pensé de son côté, je sais pas, mais j’imagine que non.

Je ne regretterais jamais d’avoir dit ce que j’ai dit. Le monde est rempli de gens qui ont peur d’avouer leurs sentiments, au moins on ne pourra pas me reprocher ça. Je suis fier de lui avoir dit ce que je ressentais pour elle, et tant pis si ça c’est pas fini comme je l’espérais.

Ce qui me reste en travers de la gorge, un peu, c’est toutes ses promesses de rester en contact, de rester amis. J’ai bien tenté de garder ce lien, j’ai essayé d’envoyer des messages, de m’intéresser à elle, et de prendre des nouvelles en tant qu’ami, mais j’ai bien compris dans sa façon de répondre qu’elle n’en avait pas envie. Des réponses courtes, évasives, pas de relance, une fuite de la conversation. J’ai préféré pas insister. Je lui en veux pas spécialement, d’un côté je la comprends aussi. C’est juste dommage.

Thnks fr th Mmrs

De nous, je ne garderais que des souvenirs. J’ai longtemps hésité, mais j’ai finalement supprimé tout ce qui me reliait encore à elle. Les photos parce que ça me tue de les regarder, le numéro de téléphone parce que j’ai peur que ça me fasse bien trop de mal de revoir son nom s’afficher sur mon téléphone. Et le plus dur, la quinzaine (oui, oui, quinzaine, un un suivi d’un cinq) de milliers de messages qu’on s’est échangés pendant cette année. J’ai hésité au moment de la question « bloquer son numéro », et au final, je ne l’ai pas fait. Ça sonne un peu trop comme un adieu, même si, de toute façon, au final, je crois bien que c’en est un.

J’ai pensé à lui écrire une lettre, comme j’avais fait à ma toute première copine (je ne l’avais jamais envoyée et je l’ai supprimée quelques années plus tard après qu’Anouchka l’aie trouvée et me demande, vexée, si à elle aussi je lui en écrirais une…). Je ne l’ai finalement pas fait, enfin pas littéralement, mais cet article est parti de tout ce que j’avais écrit dans un brouillon où j’ai vidé mon sac. Enfin pas tout, certaines choses resteront dans ce brouillon (dont le peu de reproches que j’ai à son égard, et quelques interrogations), mais les grandes lignes.

Je suis même pas sûr qu’elle lit encore. De toute façon, y’a rien à lire. Si c’est le cas, petit message perso:
Je te souhaite d’être heureuse dans ta vie, parce que tu le mérites. Que ce soit avec un autre mec, ou toute seule. Que ta santé s’améliore, et que tu réussisses ce que tu entreprends. Merci pour tout ce que tu m’as apporté. Tu resteras toujours là, dans un petit coin de ma tête et de mon cœur.

Apprendre à aimer

Oui, comme Florent Pagny. Le positif, dans tout ça, c’est que j’ai compris, après cette relation, que j’avais envie de ressentir à nouveau ce que j’ai ressenti pour elle, d’avoir à nouveau des sentiments pour quelqu’un d’autre et de retomber amoureux. Ça vous paraîtra peut-être très con, mais pour moi, c’était plus si évident que ça depuis plusieurs années après mes précédentes relations. Je croyais vraiment en être dégoûté.

Contrairement à ce que ma détractrice peut penser, je suis un putain de romantique et j’ai vraiment envie de partager ma vie avec quelqu’un. J’ai juste pas encore rencontré la bonne. Dois-je faire vœu de chasteté en attendant ? La question est rhétorique, non. J’vais pas m’arrêter de vivre, et oui, ça veut dire que je profite de la vie sur des applications style Tinder où c’est (plus) (ou moins) facile de trouver une meuf pour, excusez moi d’être un peu crû mais, du cul (je les ramasse pas a la pelle non plus, hein, mais ça m’arrive de temps en temps).

Côté meufs

En parlant de ça, j’ai eu un rendez-vous la semaine dernière. Bon enfin rien qui mérite un article ou qui vaille la peine de raconter plus en détails, parce qu’au final, c’était nul. J’y suis allé à reculons, j’avais pas spécialement envie, j’étais dans un mood sombre. Au final, après avoir passé deux heures à discuter, on avait déjà plus grand chose à se dire. Bon enfin, ça devait être nul aussi pour elle parce qu’elle a pas accroché non plus et elle n’a pas voulu me revoir. Vous allez me dire, pourquoi moi je voudrais la revoir vu comment ça s’est passé ? Ben parce que, à la base, c’était plus pour Netflix and Chill, et que pour ça, y’a pas spécialement besoin de communiquer. 😏

J’ai revu Florence une ou deux fois, mais plus depuis quelques semaines, questions de planning (et d’avoir un enfant à plein temps).
Je n’ai pas revu Aurélie (j’aurais pas dit non), parce qu’elle a déménagé à cent cinquante kilomètres pour le travail et n’est pas revenue depuis. Enfin ça, c’est ce qu’elle m’a dit. Je ne vois pas pourquoi elle mentirait, mais j’ai toujours eu ce petit côté parano… Bon, peut-être est-ce dû au fait que l’application indique qu’elle est toujours à cinq kilomètres de chez moi ? 🤔 (c’est possible aussi qu’elle n’aie pas rouvert l’appli depuis et que la position ne soit pas à jour. Mouais…)

Mon identité secrète est compromise

Et puis, dernier truc, j’ai discuté un peu avec Fabiana (que j’aimerais bien revoir mais je respecte son choix aussi). Il s’avère qu’elle a, euh… trouvé mon blog. 😅
En vrai, je sais pas comment elle a fait (trahi par Instagram selon elle 🤔), mais c’est pas le plus important. Quand elle m’a dit ça, j’ai un peu flippé qu’elle le prenne mal. Du coup, ma première réaction a été de lui demander si elle voulait que je supprime mon article sur elle.

Ben en fait, non. Elle a même trouvé ça plutôt cool et ça la dérangeait absolument pas. C’est donc la deuxième personne que j’ai rencontrée à avoir connaissance de mon blog. Elle a un peu commenté l’article ironiquement. Bon enfin de toute façons, je n’ai que des éloges à lui faire et rien à lui reprocher donc je suis tranquille 😋. Juste, elle m’a bien précisé qu’elle n’a donc pas 39 ans mais 38 (ce qui ne change absolument rien, mais ça m’a fait sourire).
Et puis on a parlé de nos vies respectives (enfin surtout de la sienne, en vrai).

Voilà, c’est tout. Pas de quoi casser trois pattes à un canard. Moi, j’retourne sous la couette. Vous faites claquer la porte en partant pour la fermer, hein, merci.

2 thoughts on “Homo Hibernatus

  1. Si, 38 ans et pas 39, ça change absolument tout je t’aurais fait la remarque aussi non mais oh 😉
    Ta détractrice a faux et ne te justifie pas, ça se sent que tu est un fucking romantique pas tombé sur la bonne…
    Novembre est un mois propice à la mélancolie, je ne connais personne qui n’a pas envie d’hiberner. Courage pour traverser ce mois!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :