dropshipping

Le dropshipping, fléau des temps modernes

Aujourd’hui, en bon justicier masqué, j’ai décidé de mettre encore un grand coup de pied dans la fourmilière. Bon, c’est pas tout à fait vrai. Mais j’sais pas pour vous, mais moi ça me tue que des gens se fasse encore avoir à cause du dropshipping en 2019. Et en plus, 2019, c’est bientôt fini.

En ce jour de Black Friday, synonyme de consommation à l’extrême, et accessoirement parce que Noël approche, les gens vont croire qu’ils font des bonnes affaires alors que pas du tout. Il est temps de mettre fin à l’hypocrisie. J’accuse ! Je peux me le permettre, je ne suis pas recherché par Interpol pour viols sur mineures, moua.

Le dropshipping, c’est un sport extrême ?

Non, pas tout à fait. Encore que, il faut être un sacré !@#$% pour le pratiquer (absolument rien à voir mais j’avais envie de le placer).

Bon, si vous connaissez pas, vous allez vite comprendre, c’est très simple. En gros, il s’agit d’un système de vente tripartite qui fait le lien entre vous (le client final) et le fournisseur (la plupart du temps, un site de vente chinois, probablement Wish ou Aliexpress, les deux plus gros). T’as rien compris ? Ouais ok, mais bon mec (meuf), fais un effort, j’y peux rien si t’as pas fait Bac +5, aussi.

Quel est l’intérêt pour vous ? Absolument aucun, c’est le principe de l’arnaque. Simplement, cet intermédiaire compte sur le fait que vous ne connaissez pas les deux sites mentionnés au dessus, ou alors sur le fait que ce soit des sites chinois et que vous soyez racistes ayez donc peur que la qualité soit moins bonne, ou d’avoir des problèmes de douane, etc. Spoiler alert, ça viendra quand même de Chine.

C’est quoi leur intérêt ? Vendre un produit de dix à vingt fois (j’insiste, c’est bien fois, pas pour cents, hein) plus cher que ce qu’il coûte en réalité. Et le tout sans payer aucun frais de port, sans gestion de stock ni de production. Oui ma p’tite dame, c’est ça le business de nos jours.

Comment ça marche ?

Admettons, vous êtes le client. On va vous appeler M. ou Mme Pigeon. Non mais faut pas vous offusquer, hein, j’ai pris le premier truc qui m’est venu à l’esprit. Vous accédez à un site marchand du vendeur, qu’on va appeler ici M. Arnaqueursansâme, nom toujours choisi au hasard, évidemment.

Il faut savoir que mettre en place un site marchand, de nos jours, ça se fait en deux clics. Bon, c’est pas tout à fait vrai, c’est un peu plus compliqué, mais pas tant que ça. Sur son site, M. Arnaqueursansâme (ou Madame, hein, la parité) a sélectionné depuis les sites chinois un certain nombre de produits qu’il pense susceptibles de vous plaire. Le prix d’un des article sur le site est annoncé à 1,52€. Oui, c’est pas cher, mais bon, c’est fabriqué en Chine, où on est moins regardant sur les conditions de travail, sur les salaires, sur le travail des enfants, la qualité, etc. On est moins regardant sur tout en fait.

Notre vendeur part du principe qu’il pourrait vendre ce produit et l’ajoute à son site, copie la photo, écris une belle description et vient alors la question du prix. Parce que son but, c’est quand même de faire un peu de bénéfice, il pourrait mettre un prix légèrement supérieur, allez, disons 5€.

Pas assez cher, mon fils

Oui, mais bon, pourquoi vendre quelque chose 5€ quand des riches occidentaux sont prêts à l’acheter 50€ ? Fort de cette observation, il affiche donc l’article sur son site à 100€. Non, y’a pas d’erreur, attendez la suite. Il ne lui reste plus qu’à vous attirer sur son site en faisant un peu de publicité, sur Facebook, Twitter, Insta, ou des publicités sur internet. Et pour être sûr que vous ne réfléchissiez pas trop et que vous achetiez tout de suite, dans son extrême générosité, il est prêt à vous faire une remise de 50%. Oui, ma bonne dame, CINQUANTE POURCENTS ! (d’où le prix à 50€, vous avez capté, hein ?)

Du coup, t’as l’impression de faire une affaire, parce que cent balles c’était cher, mais cinquante, bah vas-y frère, c’est Noël, fais pas le radin. Hop, dans le panier, le code de la carte bleue, je te mets un petit emballage cadeau pour deux euros ? Non ? OK. C’est validé, et boum, tu viens de te faire arnaquer. Tout s’est passé si vite, t’as absolument rien pu faire.

Alors si vous connaissiez le principe, vous vous dites que c’est impossible de pas voir l’arnaque. Ben si. Le fait est que c’est encore assez (trop) méconnu et que y’a des millions de gens qui se font encore avoir. Enfin plus toi maintenant, ni tous tes amis, ni ta famille, parce que tu vas de ce pas aller partager cet article sur tous tes réseaux sociaux (enfin évite les trop jeunes quand même, on va éviter qu’il tombe sur mes dernières frasques sexuelles).

Comment reconnaître le dropshipping ?

Bon, la façon la plus simple de faire, c’est de finalement faire la même chose que M. Arnaqueursansâme . C’est à dire copier l’image et la coller dans la recherche d’image de Google. Y’a des grandes chances que vous tombiez directement sur le site chinois, et que vous puissiez comparer les prix et vous rendre compte qu’il y a une légère différence dans le placement de la virgule…

Sinon, y’a d’autres signes qui trompent rarement:
– Vous avez eu le bon plan parce que c’est un de vos influenceurs préférés qui vous a filé le tuyau, gratuitement. Franchement, ils sont sympas quand même, ces influenceurs.
– Des points bonus si c’est des anciens de la télé-réalité. On vous avait pourtant prévenu de pas les suivre, que ça allait griller votre cerveau. Ben voilà.
– Non, mais en plus, ils vous font encore une fleur, parce qu’ils ont réussi à négocier un code promo de 20% rien que pour vous, et qu’il vous faut utiliser le code INFLUENCEUR20.

Vous pourriez encore avoir la naïveté de croire qu’ils n’étaient pas au courant, et qu’ils ont aussi été trompés dans cette affaire, qu’ils sont autant victimes que vous, voire plus parfois. Et c’était peut-être vrai il y a encore quelques temps. Aujourd’hui ? J’y crois pas une seconde. J’pense qu’il est temps de remettre en question les gens que vous suivez sur les réseaux sociaux. Ils savent. Soit ils ont touché de l’argent pour faire la promotion, soit ils touchent un pourcentage de la vente, soit c’est même leur propre business, et là, ils sont pas juste complices mais carrément instigateur.

Disclaimer: Petit bémol, ce n’est pas parce que vous avez détecté un (ou plusieurs) des trois signes ci-dessus que c’est du dropshipping. Il peut s’agir d’un business honnête qui fabrique ses propres produits. M’enfin quand même, c’est louche. Et rare.

Et si c’est trop tard ?

Vous vous êtes fait avoir. Bon, ben c’est moche, mais tout n’est peut-être pas perdu. Si c’est récent, demandez à vous faire rembourser. Ne leur dites pas que vous avez compris leur manège, sortez la vieille excuse de « c’est pas la bonne taille », ou alors l’objet est arrivé défectueux ou cassé. Quitte même à le casser vous même si on vous demande la preuve (parce que au pire, vous savez que vous pouvez recommander le même pour une fraction du prix sur le site chinois). Bon enfin je dis ça, mais je sais pas trop comment ça se passe en cas de problèmes. Les vendeurs sont quand même censés respecter les lois de leur pays et de vous rembourser/échanger donc tentez quand même. Et en Europe, on protège quand même pas mal les consommateurs.

Est-ce qu’il y a possibilité de porter plainte, de porter l’affaire devant la justice ? Le dropshipping étant légal, malheureusement, non. Sauf bien sûr si vous n’avez jamais reçu les produits (ce qui peut malheureusement arriver aussi).

Un concept de petite salope

Moralement, c’est ptet moi qui suis un peu trop Bisounours, mais je comprends pas comment on peut se lancer dans le dropshipping. Parce que en gros, ça revient à se faire de l’argent sur la candeur et l’ignorance des gens. Comment peut-on se regarder dans le miroir le matin quand on gagne sa vie comme ça ? Il faut vraiment ne pas avoir d’âme, sinon j’pense que c’est pas possible.

Il est temps d’éradiquer ce fléau.

3 thoughts on “Le dropshipping, fléau des temps modernes

  1. C’est…. Dégueulasse…
    Je dois aussi être bisounours, parce que je me dis qu’on peut gagner sa vie autrement quand même…
    Notre monde actuel part en vrille sérieusement… Des fois ça me fait peur pour mes enfants…

  2. « Parce que en gros, ça revient à se faire de l’argent sur la candeur et l’ignorance des gens » = > c’est pas le principe du marketing ?

    1. Même si je suis partiellement d’accord, je trouve qu’il y a quand même différents degrés de culpabilité. 😃

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :