bagarre

Le jour où j’ai été agressé

Oooooooooooooké, ça fait quand même pas mal putaclic comme titre.
Alors, techniquement, c’était surtout à sens unique, dans le sens où c’est surtout lui qui cherchait la bagarre.
Mais j’ai à peine abusé sur l’image. Le mec est vraiment un gitan dans sa toute petite tête et son attitude.

Mon background de catcheur pro

J’m’étais jamais battu jusqu’à présent, et c’est principalement dû à mon physique ingrat. J’suis pas un mec violent, je trouve que la violence n’a jamais rien résolu, j’trouve que c’est vraiment le réflexe primaire débile et beauf par excellence. Et clairement, j’ai trouvé l’exemple parfait du connard sans cervelle. Donc à ce stade, vous comprendrez déjà probablement que c’est pas moi qui ai choisi de le faire et qu’on m’a pas vraiment demandé mon avis.

Pour aller bosser tous les jours, je prends le train. Je le fais depuis que j’ai bousillé 2 voitures avec 1 an d‘intervalle sur l’autoroute (même si la conséquence n’est pas directe de ces événements)(C’est une autre histoire, et j’suis pas prêt à en parler pour le moment 😢).
Dans la vie, je suis un mec respectueux des autres et de mon environnement. Je fais donc pareil dans le train. Je m’étale pas moi ou mon sac sur plusieurs sièges, quand j’ai des bagages, je fais en sorte que ça gêne le moins possible les autres, je mets pas mes pieds sur les sièges, je parle doucement, je mets mon téléphone sur silencieux, et je fais pas profiter les autres de mes goûts musicaux et sur YouTube. Oui, je suis probablement une espèce en voie de disparition.

Je suis plutôt quelqu’un d’introverti en règle générale, et j’ai souvent tendance à m’écraser quand je vois ou subis quelque chose qui me dérange, parce que j’aime pas trop les conflits. Mais faut pas déconner, je suis pas une victime non plus, et si à un moment les gens en abusent, je passe en mode Super Sayian (ou en Hulk pour ceux qui ont pas eu de jeunesse). Enfin toute proportion gardées, n’oublions pas que j’ai un physique relativement ingrat.

Enfin en week-end

L’histoire se passe donc un vendredi en fin d’après-midi, il y a 3 semaines je crois. Il est 17h, je monte dans le train, et je m’assois dans un carré à l’étage. J’avoue, j’espère à chaque fois tomber sur 3 meufs jeunes et jolies. Et parfois, je fais semblant d’écouter de la musique alors que j’écoute la conversation.
Il y a une meuf en face de moi, et un mec à côté. J’aurais dû me douter du mauvais présage étant donné que j’ai dû faire enlever son sac du siège au mec, et il l’a bougé pour le déplacer… sur le siège vide en face de lui.
Le train démarre (trajet de 30 minutes environ, quand y’a pas de problèmes… Haha, je rigole, y’en a tout le temps. Bref).
Le mec a le bras sur l’accoudoir. Bon, ok, il a le droit, finalement, il était là le premier, donc bon.

Diplomatie

Le problème, c’est qu’il commence à dépasser. Progressivement, jusqu’à dépasser de 5 bons centimètres.
Souvent, les gens, quand tu bouges un peu et que tu les touches « accidentellement », d’une part s’aperçoivent qu’ils empiète sur le siège voisin, ou alors préfèrent éviter le contact (ce qui est mon cas je dois dire).
Je me décale donc de quelques centimètres et je plie mon bras pour le coller contre son coude. Pas de réaction. J’insiste donc en faisant un léger mouvement l’air « hé regarde, y’a mon bras là, et t’es sur ma place, connard ».

Jouons donc au plus con

Toujours rien. Zéro réaction de sa part.
J’aime pas forcément faire ça, mais je me tourne donc vers lui, et je lui demande donc si il peut rester sur son siège, poliment pour la première fois, avec des mots genre « excusez-moi » et « s’il vous plait ». Ouais, je sais ça choque, hein, surtout en 2018.
Le mec me regarde, regarde son bras, et bouge pas. OK, tu veux la jouer comme ça. Je cale donc mon bras contre mon torse et j’applique un peu plus de pression sur le sien, parce que j’veux bien être gentil au début, mais au bout d’un moment, faut arrêter de déconner. Je le sens clairement qui résiste. Mais j’arrive quand même un minimum à me faire respecter, et récupérer mon siège. J’ai abandonné l’idée de poser mon bras sur l’accoudoir, mais j’m’en fous.

The end ?

L’histoire aurait pu s’arrêter là. C’est mal me connaître.
Arrivé à destination, je me lève et je m’engage dans le couloir. En passant devant lui, je marmonne (un peu dans ma barbe) un petit « tu vas pouvoir t’étaler maintenant, espèce de connard ». Oui, oui, il l’a quand même pas mal cherché, donc j’ai dit connard. Ca lui était même pas destiné. C’était plutôt une pensée à voix haute.
Et j’avance vers les escaliers.

Et tout à coup, je ressens un coup dans le dos/la nuque. Ce sale lâche vient de m’attaquer par derrière, en beuglant « keskiya tu m’cherches » avec la respiration d’un taureau en rut. Il prend probablement de la testostérone pour paraître plus mâle. Je suis un peu pris de court, et l’ayant pas vu arriver, je comprends pas trop ce qui se passe. Je mets mon bras pour m’interposer, parce que apparemment, ce connard aime s’afficher devant tout le wagon sans raison apparente, et continuer à tenter de me frapper.
J’aurais quand même le temps de lui caler un petit coup de coude sur le coin de la gueule avant que des gens viennent s’interposer. L’histoire se finira par un petit « faudra penser à aller te faire soigner, sale bâtard » bien senti de ma part.

Direction la gendarmerie ?

En sortant du train, je me suis posé la question si j’allais pas porter plainte (SNCF et police). Juste pour lui apprendre les règles de savoir vivre à cette petite salope. Finalement, je m suis dit que je le retrouverais jamais. Après coup, je me dis que j’aurais tellement dû prendre une photo de sa sale gueule.
Au final, j’ai eu juste un bleu sur le bras et un autre sur le torse, et un vaisseau sanguin éclaté à l’œil. Il m’a quand même pas loupé, ce petit enculé.
J’ai quand même eu la rage pendant toute une semaine entière, parce que j’ai pas eu l’occasion de lui en coller une en retour. Si seulement on nous avait pas séparé directement…

Voilà, c’est l’histoire du mec à qui je décerne l‘award du connard de l’année (au moment où j’écris cet article, en tout cas, mais il est bien parti pour gagner la compétition).

Rendez-vous sur Hellocoton !

15 thoughts on “Le jour où j’ai été agressé

  1. Mais quel connard effectivement !
    Je supporte pas ce genre de personnage. En plus quel homme… attaquer par derrière, tellement facile.
    Finalement t’es un peu moi en garçon, je fais aussi partie de cette espèce en voie d’extinction… 😀

    1. Je me console en me disant que c’est bien triste de n’avoir que la violence comme réponse.
      Je me demande quand même si il aurait fait la même chose si j’avais eu 20 cm et 30 kg de plus… 😀

      1. C’est clair !
        et t’as bien raison..
        Ahahaha en général ce genre de personnage s’amuse avec des gens qu’ils estiment plus faible qu’eux… (Je dis bien estime parce que pour moi ce genre de coco ne veut juste rien… :p ) si il était tombé sur armoire à glace je pense qu’il aurait enlevé son bras directement…

  2. Connard dans toute sa splendeur.
    J’aime la personne que tu es, ne change rien. Moi aussi je suis en extinction avec toi et Callie. On va faire un clan.
    Ce genre de mec me débecte et bien sûr que non il ne t’aurait rien dit et ne t’aurais même pas cherché si t’avais été grand et costaud…. C’est toujours plus facile de s’attaquer à « plus faible ».
    Le faible c’est lui, mais il est trop con pour s’en rendre compte.
    Des bisous 😘

      1. J’ai mis ça entre guillemets, et je voulais dire à ses yeux à lui de connard sans cerveau…. donc ça veut pas dire grand chose…. si ce n’est que t’es moins baraque que lui….

        Je parlais de la personne respectueuse, on est plus beaucoup mais il est important de faire de la résistance… après oui je ne te connais pas personnellement donc effectivement tu dois avoir de vilains défauts à corriger beurk! Mais au final, nos défauts font aussi notre charme! 😉

      2. Et bord***** accepte mes compliments!
        Ce monde pourri ne sait que critiquer, moi je prends le parti de dire quand j’aime, de faire des compliments quand ils sont mérités, je suis en rébellion na!

  3. Je confirme, on se ressemble sur certains points.. Personnalité réservée, évite les conflits, prône la non-violence : on est deux !

    À la différence que moi je m’assois toujours seule, personne à côté de moi ! (sauf obligation) Ça m’évite ce genre de situation… 😉

  4. J’ai la chance de vivre au pays des bisounours (par choix), je croise rarement des personnes mettant les pieds sur les sièges, parlant fort au téléphone, écoutant la musique à fond…
    Donc ton attitude est plutôt la norme pour moi.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :