No Fap Challenge

Le No Fap Challenge

Il y en a qui décident de couper les réseaux sociaux, ou d’arrêter de fumer, moi j’ai décidé d’arrêter de me branler (Ouais, si tu parles pas anglais, c’est ça que ça veut dire, fap). Le No Fap Challenge, c’est choisir d’arrêter le plaisir solitaire.
La masturbation, c’est quand même un peu tabou, on en viendra tous à bout. On sait que tout le monde le fait (ou l’a déjà fait), mais quand tu fais un sondage, bizarrement, y’a plus personne. Ben oui, je me dégorge le poireau, graisse le salami, fais pleurer le petit jésus, me touche la nouille, etc. C’est dingue le nombre d’expression qui existent pour cette activité. Par contre, bizarrement, pour dire «  passe l’aspirateur, ou « range ta chambre », y’a beaucoup moins d’expressions. On le fait moins souvent aussi, remarque.
Donc j’avoue. Mais j’suis pas venu ici pour souffrir ok ? Et puis, faites pas style, je vois bien par votre webcam le rouleau de sopalin à côté du pc.

Chelou ton délire non ?

Vous allez vous demander d’où me viens cette idée et vous avez bien raison. Je me suis pas levé un matin en me disant « Ahah, ce serait marrant d’arrêter de faire un truc que je fais non-stop depuis que j’ai 15 ans. ». Ben non, ça c’est pas passé comme ça.
Tout a commencé sur Twitter. Comme un peu tout finalement, non ? Je suis à 2 doigts de m’endormir sur mon bureau au taf et je récupère donc machinalement, dès que yen a, les nouveaux tweets.
“I will now begin my no fap session. This will be difficult. Starting tomorrow. Let’s see how long this lasts.”
« Trololol, y’a vraiment des gens qui font ça ? » a été ma première réaction. « Il tiendra jamais une semaine » a été la 2ème. (Il s’avère que j’avais raison, il a déjà fauté jour 4.)
Du coup, j’ai été me renseigner. J’espère qu’ils surveillent pas mon trafic internet au boulot.

Keskessé ?

Alors, attention, c’est pas un de ces challenges débiles qu’on voit sur Youtube depuis quelques années, genre le cinammon challenge ou le touch my body challenge, c’est très sérieux.
L’unique règle est simple : Tu éjacules en te masturbant, c’est perdu !

  • Les relations sexuelles ne comptent pas (ni pendant les préliminaires)
  • Les éjaculations nocturnes (à l’insu de mon plein gré) non plus
  • Il n’est pas interdit de se toucher (sans aller au bout) ou de mater du porno, mais c’est fortement déconseillé étant donné que c’est lié.

J’ai vu nulle part mention que c’était valable pour les meufs, mais après tout, pourquoi pas, suffit d’adapter un peu.

Des avantages ?

D’après les cathos, ça permettrait de valider son ticket pour le paradis. J’suis pas convaincu par cet argument. Mais bon, ils vivent encore avec 2 siècles de retard, donc on peut pas spécialement leur en vouloir d’avancer ce genre d’inepties.
Bon, d’après certains témoignages, ça permet de mieux apprécier le sexe avec une autre personne. C’est vrai que j’ai personnellement déjà remarqué une légère perte de vigueur au beau milieu d’un coït, comme ça, sans raison (c’est beau, la poésie). Ça veut pas dire pour autant que c’est dû à une overdose de plaisir solitaire.

Parce que ça devient une habitude ou un réflexe pour certains, et à force de tirer sur la corde queue, ils n’y prennent même plus aucun plaisir. Un peu comme quand on prend des douches trop souvent, quoi. Hum, mauvais exemple. Alors, euh, la sensation de bien-être et de légèreté ressentis après avoir fait caca ? Non plus. Bon enfin, vous avez compris.
Certains disent avoir un sentiment de honte après avoir fait leur petite affaire. Moi, perso, zéro honte. Ou penser que les gens à qui on parle après savent ce qu’on vient de faire. Hum, mec, j’crois qu’il faut consulter, t’es parano.

Les avantages (théoriques) : gain de temps, gain d’énergie, meilleure santé, meilleures érections, plus de joie de vivre, plus de libido, plus grande vivacité d’esprit, meilleur pouvoir de séduction, meilleurs rapports sociaux, voix plus grave, peau plus belle, plus d’aisance et d’éloquence dans la prise de parole. C’est pas moi qui le dis, c’est des participants, voire des docteurs et psychologues.
C’est, je pense, surtout un bon moyen de contrer un autre mal du monde moderne : La dépendance au porno et sa vision distordue de la réalité. Et c’est vrai, les deux sont bien souvent liés.

Pas pour tout le monde

Ce n’est évidemment pas bénéfique (si ça l’est) à tout le monde.
Ils déconseillent notamment aux personnes seules dans leur vie et qui n’ont pas de relations sexuelles de le faire.
Ainsi qu’aux ados pré pubères qui comptent leurs poils pubiens, sautent de joie quand y’en a un nouveau et découvrent leurs corps et les joies de la sexualité.
Pour les autres, faut juste, comme pour toutes les bonnes choses, rester dans la modération.

Pourquoi tu fais ça ?

Honnêtement, j’en ai pas « besoin ». J’ai l’impression de me mettre à nu devant vous et de commencer à me tripoter avec ce que je vais dire, mais je le fais en moyenne 2 fois par semaine, et aussi quelques heures avant d’avoir des relations sexuelles avec une de mes partenaires, sexfriends/possibles copines (Chacun sa technique pour tenir plus longtemps et pas passer pour un naze).
C’est plutôt prévu pour les addicts, ceux qui se tripotent 10, 20, 50 fois par jours. Perso, je le fais surtout pour vous, par curiosité, pour alimenter les conversations dans les repas de famille, pour mourir moins con, et puis on sait jamais, si ça se trouve, ça a effectivement des effets bénéfiques. Enfin je prie quand même pour que non, parce que bon, ça reste une de mes activités préférées après la bouffe, les jeux vidéo et les séries télé.

Et ça marche ?

J’en sais rien. On verra bien.
Ca fait 3 4 5 jours que j’ai commencé. (lundi 25 juin 2018)
A l’aide.
J’te dis ça quand j’aurais craqué dans 2 jours dans un mois. Oui parce que faut pas déconner, j’vais déjà me mettre en retard d’une tonne de vidéos sur YouPorn, mais je compte pas faire ça toute ma vie. Enfin, sauf si ça marche vraiment ?

Pour finir, je vous lâche la prose d’un mec qui s’est probablement fait chopper et qui s’est senti obligé de se justifier :

« Ne te moque pas de la masturbation. C’est faire l’amour avec quelqu’un qu’on aime ». Woody Allen

Rendez-vous sur Hellocoton !

14 thoughts on “Le No Fap Challenge

  1. Bon ben j’ai hâte que tu nous donnes le résultat 😀
    C’est marrant parce que c’est l’inverse de ce qu’on entend pour les femmes
    (Sauf si je dis des conneries..)
    On dit qu’il faut justement se masturber pour apprendre à se connaitre et comme on dit l’appétit vient en mangeant donc ce serait un moyen d’avoir plus envie justement.
    Maintenant c’est peut-être des bêtises je sais pas.
    Perso j’ai jamais eu honte que je le faisais, d’ailleurs ça étonne toujours que j’en parle si librement que ça 😀

    1. Non, t’as raison, je pense comme toi que c’est une bonne chose, tant que ça devient pas une obsession.
      Et je suis d’accord aussi sur le fait que c’est important pour découvrir son corps.
      Ça m’a juste intrigué, donc je voulais savoir si ça peut être bénéfique, même si je pars pas convaincu. On verra bien. 😀

  2. Hello!
    Je ne connaissais pas du tout mais je ne suis pas étonnée que ça puisse exister.
    Comme tout, la masturbation est à consommer avec modération. Et puis si ça finit par avoir une incidence négative sur les rapports sexuels c’est un peu dommage.
    Quoiqu’il en soit, force à toi!

  3. Par moment, trop d’orgasmes en solitaire, tuent mes orgasmes à 2…
    Et pourtant à me masturber 1 fois par semaine, rarement plus.

    1. Je pense un peu pareil, ouais. J’ai du mal à jouir, et c’est en partie à cause de la capote, mais probablement pas que, et du coup, j’avais envie d’essayer pour voir.

      1. Justement pourrait-on parler de la capote ? Enfin pourrais-tu faire un article à ce sujet. J’ai envie de connaître ton point de vue.

        J’ai l’impression que ce n’est pas le même symbole pour les femmes ou les hommes. Pour les mecs c’est un truc chiant, et dès que c’est possible elle n’est plus utilisée avec une partenaire régulière.

        Et pour les nanas c’est indispensable, sauf quand l’histoire devient sérieuse et que les sentiments naissent. Ce serait une sorte d’officialisation de relation amoureuse.

        1. J’suis pas sûr que mon avis nécessite un article entier hein. 😉
          Et puis, j’sais pas ce que les meufs en pensent.

          Pour moi, la capote, ça a 2 fonctions:
          – Protéger des MST
          – Empêcher les petits copains de franchir la ligne d’arrivée 😀
          J’pense pas que ça aie de rapport avec les sentiments, enfin en tout cas, pas pour moi. C’est juste une protection. Si les MST n’existaient pas, et si les cigognes faisaient leur boulot correctement, le monde n’aurait pas besoin de capotes.

          Oui, c’est chiant. C’est pas super agréable, ça enlève des sensations, ça sent le plastique (souvent). Après, quand j’en entends qui disent qu’ils en ont une trop grosse et qu’ils peuvent pas en mettre, je ressors la photo, au choix, d’un mec qui s’en mets une sur la tête, ou la chanteuse qui se met toute la jambe dedans (https://www.instagram.com/p/xfGscFD1rW/)
          Mais c’est indispensable selon moi quand toi ou un de tes partenaires couche à droite à gauche. C’est indispensable aussi dans un couple « sérieux » tant que chacun a pas fait de test. Après, c’est juste de la contraception, et puis ben… Y’a différentes méthodes, chacun fais ce qu’il veut. Perso, je préférerais que ma meuf prenne la pilule (par exemple) parce que c’est plus agréable pour les 2, mais ça à des contraintes pour elle (tolérance, respect de la prise, etc). Si elle ne voulait/pouvait pas, on chercherait un moyen qui conviendrait aux 2 (y compris le retour aux capotes).

  4. Merci pour ta réponse.
    J’ai eu des débats houleux avec un plan cul à ce sujet. Pour lui c’était un truc chiant qu’il était bien de supprimer dès que possible. Et il y avait aussi une forme de possession. S’il jouissait en moi c’était un peu comme s’il marquait son territoire. Ce que je pouvais comprendre.
    Et puis sur des blogs (de filles) j’ai lu que je n’étais pas la seule à mettre dans la capote une valeur symbolique. En revanche cette valeur là (l’affect) n’était pas partagée par mon plan cul. Et surtout je sentais que l’exclusité ne concernait que moi. Et j’ai du mal avec ce genre de déséquilibre.

    1. Mouais, enfin si il compare le fait de jouir en toi avec un animal qui marque son territoire, il a quand même quelques problèmes dans sa tête, le garçon…
      Il croit quoi, que parce qu’il l’a fait, aucun mec ne pourra le faire après lui ? C’est beau les rêves 😁

      Après, s’il n’accepte pas de mettre une capote alors que c’est juste un plan cul, une seule chose à faire de ton côté: casse toi en vitesse. Tu sais pas où il a été/ira trainer…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :