étapes du deuil

Les 7 étapes du deuil

Vous connaissez peut-être les sept étapes du deuil, en psychologie. Le deuil en général, hein, pas spécialement en parlant de la mort. Rassurez vous, personne n’est mort dans ma famille. Ça peut aussi être professionnel, et, dans mon cas, amoureux. Bon, parfois, des étapes, y’en a cinq, parfois, douze. C’est pas une science exacte, mais les sept, c’est les plus connues.
Figurez vous que je suis un vrai cas d’école. Moi qui me croyait spécial…

Il s’avère que l’article précédent ne m’a pas vraiment aidé, contrairement à ce que je pensais.
Déjà, je tiens à m’excuser, parce que je vous ai menti quand j’ai dis que je parlerais plus d’elle. A vrai dire, j’crois que je vais juste arrêter de promettre des trucs que je ne tiendrais pas la moitié du temps. vu mon état mental. Clairement, ça sert à rien.

Etape 1: Le choc

Bon, à vrai dire, cette première étape, je l’ai vécue, mais y’a pas vraiment eu de choc. Dans le sens où, premièrement, on a jamais été vraiment ensemble à proprement parler, et deuxièmement, elle m’a dit à plusieurs reprises qu’elle n’avait pas de sentiments et ne se voyait pas avoir de relation de couple avec moi.

Ça n’a donc pas vraiment été un choc. Est-ce qu’on en serait là si justement il y avait eu un choc ? Bonne question. Clairement, j’aurais mis moins de temps à espérer, voire j’aurais pas espéré du tout, on aurait continué à coucher ensemble comme des potes et je serais jamais tombé amoureux. Pfff, ouais, arrête de rêver. Tu trompes personne, mon gars.

Etape 2: Le déni

Ah ça, pour nier la réalité, je l’ai niée. Autant, je suis intransigeant sur le consentement, quand ça touche au sexe, je refuse même si la fille a trop bu et qu’elle est clairement pas en totale possession de ses facultés. Mais bizarrement, là, non. Alors, ok, c’est peut-être moins grave, mais je suis pas fier de moi sur ce coup.

Etape 3: La colère et le marchandage

J’ai eu envie de la détester, de la traiter de tous les noms possibles. Et dieu sait que ça m’aurait fait du bien. Mais j’y suis pas arrivé. Et j’y arriverai pas. Parce que je comprends son point de vue, et parce que je sais qu’elle n’y est pour rien si elle n’a pas de sentiments. Je ne peux pas la forcer à tomber amoureuse. Tout au plus, je peux lui montrer qu’elle avait tort à mon sujet et penser que peut-être, un jour, elle le verra aussi.

Et puis après la colère, j’ai essayé de lui montrer que y’avait une autre facette de moi sous l’apparence négative que j’affiche. Parce qu’elle existe vraiment. J’avais envie qu’elle revienne vers moi, mais pas au point de lui mentir ou d’être quelqu’un que je ne suis pas. Je ne ferais jamais ça, je pense que j’en serais incapable, en fait. Donc oui, j’ai essayé d’être plus positif dans la vie. Et je continuerais. Je ne suis pas d’accord avec elle sur certains points, et j’avais prévu de faire un article pour vous expliquer clairement comment je vois les choses de mon côté (oui, je sais, j’avais promis que je promettrais plus rien).

Etape 4: La tristesse

Là, on rentre dans le mur dur. C’est difficile. J’essaye de pas y penser. J’y arrive très moyennement. Je pense encore à elle du matin jusqu’au soir. A ce qu’elle fait, avec qui elle est… Je suis obnubilé par elle, j’ai beau essayer mais j’arrive pas a m’en détacher. C’est grave. je suis grave.
J’ai tellement de regrets… je sais qu’elle ne comprends pas comment je peux regretter alors que j’ai rien fait de mal mais je peux pas m’en empêcher.
« C’est pas toi, c’est moi », l’excuse de merde qu’on sort à chaque fois. Pour une fois, j’veux bien croire que c’est ça…

Est-ce qu’elle pense à moi parfois ? Ça m’étonnerait. C’est normal, elle avance dans sa vie. Moi j’suis resté bloqué. Je lutte tous les jours pour la laisser tranquille. Ne pas envoyer de message et souffrir en silence, ne pas lui rappeler que j’existe, ne pas lui rappeler que je l’aime. Parce que je pense que la meilleure façon de lui montrer, c’est de respecter son choix et sa volonté et de la laisser tranquille. Peut être qu’un jour, elle verra en moi ce que moi j’ai vu en elle. Et si c’est pas le cas, si c’est définitif, tant pis.

Je suis triste aussi parce que j’ai aussi l’impression de perdre quelqu’un avec qui je m’entendais tellement bien, en qui j’avais suffisamment confiance pour raconter mes problèmes. Même si je peux pas lui raconter mon seul problème actuel parce qu’elle est justement en plein milieu. j’espère que je pourrais au moins sauver ça de notre relation plus tard.

Etape 5: La résignation

Alors j’essaye d’accepter que ça se fera jamais. Je me mens à moi-même (pour le moment en tout cas) en essayant de me persuader que je trouverais quelqu’un d’autre qui me fera l’oublier. Mais j’ai pas le choix. Il faut avancer. Et arriver un jour à cette putain d’étape sept.

Etape 6: L’acceptation

L’ai je accepté ? Pas sûr. Enfin en quelque sorte, si, je l’accepte parce que j’ai pas vraiment le choix.
Je l’accepte surtout dans le sens où je respecte sa décision. Même si c’est une torture pour moi. J’ai jamais été aussi mal de ma vie. Pour de vrai.

J’essaye de m’occuper l’esprit. Faire un peu de sport, jouer à des jeux vidéos, regarder tous les films et les séries que j’ai en retard, j’écris un peu aussi. Il est trop tôt pour voir quelqu’un sérieusement pour le moment.

J’ai même hésité (un court instant) à prendre un chien. Mais c’est une mauvaise idée. Déjà parce que j’ai déjà deux chats et que je suis pas sûr qu’il serait bien accepté. Aussi parce que j’habite en appartement et je suis pas chez moi pendant douze heures les jours de semaine, j’ai donc pas envie qu’il soit enfermé tout seul. Et puis, de toute façon, c’est une mauvaise raison pour prendre un chien tout court en fait.

Etape 7: La reconstruction

Pendant un temps, j’ai cru que j’avais atteint la dernière étape. Il s’avère que non, et il se passera encore pas mal de temps avant de pouvoir en arriver là.

Je lui ai demandé de me bloquer sur Insta et Twitter pour le moment. Parce que j’en devenais malade et malsain à la stalker et à essayer d’analyser le moindre mot, les photos, les likes.
Elle a pas hésité une seule seconde avant de le faire. Sur le coup, ça m’a fait encore plus mal, compte tenu de la facilité avec laquelle elle l’a fait. Pendant une seconde, j’ai eu l’impression de n’avoir été rien dans sa vie, et qu’elle se réjouissait sûrement d’être enfin débarrassée de moi. Et puis rapidement, en fait, à y réfléchir, j’ai compris qu’elle a juste respecté mon choix parce qu’elle voit bien à quel point je lutte.
J’dois dire que j’ai bien fait de faire ça. Ça m’a un peu apaisé. Même si je suis encore très loin d’en avoir fini.

Donc je navigue à vue, perdu quelque part entre les étapes quatre à six… Surtout la quatre, en fait. Ce n’est pas une course, et ça prend du temps, mais j’aimerais pouvoir fermer la page rapidement. J’ai perdu assez de temps comme ça.

Allongez-vous et dites moi tout

Je me suis posé la question sur le fait d’aller voir un psy.
J’en suis arrivé à la conclusion que ça ne servirait probablement à rien, que j’en ai pas besoin. Pas par honte, mais j’sais pas, est ce vraiment utile ? Je l’aime, elle ne m’aime pas. Fin de l’histoire. Si c’est pour qu’il me dise que ça va aller mieux avec le temps, merci mais c’est pas la peine. Je suis au courant. Enfin à la limite, ça ferait un bon article à écrire. 😉

Parfois je me dis qu’écrire ici, C’est un peu comme aller voir un psy. Je vide mon sac, je lâche du lest. Bon la différence, c’est que y’a du public, installé confortablement dans des fauteuils douillets, qui écoutent. Du coup, j’peux pas non plus raconter mes pensées les plus sombres. La vérité, j’pense que vous prendriez un peu peur.

J’suis désolé si j’vous ai niqué le moral. J’espère qu’on se retrouvera la prochaine fois pour un article un peu plus joyeux.

Edit: Note de fin positive

Le jour où j’ai fini d’écrire cet article (au boulot donc), dans les tendances Twitter, il y avait Mia Khalifa. Oui, l’ancienne actrice porno. Bon, la raison de sa présence en tendance est anecdotique mais c’est la suivante: elle dit n’avoir gagné que 12000$ pendant sa courte carrière dans le X. J’ai trouvé ça incroyable au début, mais il s’avère que c’est probablement vrai, même si sa notoriété l’a rendue beaucoup plus riche par la suite. Et là, vous vous demandez où est le rapport. J’y viens.

Elle a donné une interview (ici mais c’est en anglais), que j’ai donc regardé. Pas pour le côté ex actrice porno (ok, j’avoue que j’ai quand même un peu maté son décolleté), mais parce que je regarde tout et n’importe quoi au boulot, dont beaucoup de reportages et d’interviews, pourvu que ce soit intéressant. Et pendant cette interview, elle raconte son histoire et elle a dit quelque chose à propos des relations que j’ai trouvé très beau et plein d’intelligence :

You shouldn’t say « Will this person make me happy today ? »
Instead, it should be « What am I going to do to make myself happy today ? »

Mia Khalifa

17 thoughts on “Les 7 étapes du deuil

  1. J’ai déjà été confrontée à un ex qui comme toi n’arrivait pas à m’oublier. C’est en ce sens que je te réponds. Je pense que tu es malheureux parce que tu refuses le lâcher prise. C’est définitif, au fond de toi tu le sais mais ce qui te tue c’est l’espoir. Il ne faut pas avoir d’espoir quand en face la personne est catégorique. C’est très désagréable d’avoir un ex qui persiste à croire que peut-être un jour on sera amoureuse alors que ça ne se commande pas ce genre de choses, c’est injuste mais c’est comme ça. L’ex en question s’était mis à hurler « je t’aime » sous mes fenêtres et si ça paraît drôle dis comme ça, ça m’a plutôt fait flipper…. Plus je lui répétais que c’était mort, plus il s’accrochait…
    Je te promets que si tu penses à toi et non à elle, tu iras tout de suite bien mieux ! Il faut que tu te forces à changer ton état d’esprit. Il n’y a que toi qui peut te sortir de cette situation, je ne pense pas qu’un psy t’aiderait non plus. C’est toi qui a le pouvoir sur tes pensées et ton bien être mental. Et j’ajoute pour finir que souvent quand on focus sur quelqu’un comme ça, c’est souvent une excuse pour ne pas gérer d’autres problèmes plus complexes qu’on préfère occulter. Pour t’aider tu peux aller sur Amazon et acheter des livres qui peuvent t’aider à arrêter d’être obsédé par elle. Ça existe 🙂

    1. Je sais bien mais j’ai encore du mal. Enfin y’a du mieux déjà (toutes proportions gardées).
      Mais j’en suis pas à aller crier sous sa fenêtre. Et puis, elle entendrait, rien, elle habite au 5ème ou 6ème étage. 😉

  2. Je suis d’accord avec Pandora, tu dois te remettre toi au centre de tes préoccupations.
    Parler aussi, beaucoup. Tu as bien des amis prêts à t’écouter ? Écrire, moi c’est mon exutoire. Faire des choses pour toi. Sortir, même seul, pour voir du monde. Penser à toi. Juste à toi. Et à tes chats. Et apprécier les petits moments de la vie.

    1. Je sais bien, mais c’est malheureusement pas aussi simple que ça. 😥
      Pour être honnête, non, j’ai plus vraiment d’amis très proches, m’enfin c’est une longue histoire…

      1. Alors écris, vide ton sac, écris des mails que tu n’enverras pas, ou mieux des lettres manuscrites que tu mets dans une boîte.
        Et puis bien sûr que ce n’est pas aussi simple que ça, mais à force de t’y tenir et de t’y forcer, ça deviendra naturel et tu iras mieux, foi de nana qui a cru mourir quand son ex l’a quittée !

  3. Bonjour New Kid !
    Je te lis toujours. Je ne commente jamais 🙄
    Mais là ça fait trop de fois que tes articles me parlent trop… ! Que l’on se positionne de ton côté ou du sien. En effet j’ai un amoureux transi qui n’arrive pas à faire son deuil de ses sentiments pour moi qui sont là depuis un an, depuis qu’il me connaît quoi ! (Ami d’amis devenu véritable ami). Il a eu une ou deux histoires mais bloque toujours sur moi, on a eu des embrouilles aussi quand moi j’ai eu une histoire… trop difficile à gérer pour lui, et notre amitié est mise à mal forcément : il veut me voir moins souvent. J’ai beau me dire que je n’ai rien à lui reprocher et qu’il serait un partenaire idéal, je ne sais pas, je ne ressens rien pour lui. Inconsciemment comme consciemment ce n’est pas possible, je n’ai pas de désir, pas d’amour… c’est comme ça, ça ne se commande pas, ne s’invente pas!
    Parallèlement à cela, je suis séparée d’un garçon, longue histoire compliquée et passionnée, depuis mi-mars, et rien n’y fait : je bloque, je pense à lui tout le temps, je n’arrive pas à me faire à la rupture, à rencontrer quelqu’un, je suis nostalgique de ce que l’on a vécu, de cette alchimie, cette osmose entre nous… je sens bien que j’évolue, que je m’habitue et que le manque est moins criant, mais je reste dans mon délire de scénariste : c’est passager, il va revenir, il pense à moi mais se l’interdit, … je transpose mon vécu et mes ressentis et imagine qu’il les partage… impossible de me dire que pour lui c’est terminé! Pfouu suis ridicule avec ça !
    Et surtout, impossible de me dire que c’est mieux comme ça, pour moi !!!
    Je comprends que tu veuilles qu’elle sache qu’elle pourrait t’aimer, que tu la rendrais heureuse, que ce qui l’a freiné a changé chez toi, que tu es différent, qu’elle n’a pas vu, compris,… mais prends les choses autrement : l’idée n’est pas de changer pour l’autre, de s’améliorer pour l’autre, ou d’être perçu par l’autre comme on le souhaite/mérite, comme nous nous voyons l’autre. L’idée est d’être soi-même, de s’améliorer pour soi si on le souhaite. Après l’autre a des sentiments ou pas. L’autre est sensible ou pas, réceptif ou pas. Elle n’est pas celle que tu rendras heureuse et vice versa (les phrases clichés !!), une autre te correspondra davantage, appréciera ce qui fait toi et à quoi Juliette n’est pas sensible! Une autre t’aimera toi, tout simplement, sans que tu aies à t’améliorer !
    Cela semble tellement simple et évident quand c’est extérieur à nous, quand c’est chez les autres. Et on a beau se raisonner, savoir et comprendre, des fois il faut du temps! Si un jour Juliette revient vers toi, tu seras un homme différent, tu seras passé à autre chose, et elle se “cassera les dents” (je ne lui souhaite pas de souffrances évidemment). Tu auras évolué, voilà tout!
    Les filles dans les autres commentaires ont raison : pense à toi, à toutes ces qualités que tu as, à ce que tu aimes et que les autres kiffent chez toi… pense à toi et ne cherche plus, ni à revivre ce que tu as vécu avec Juliette (ou la récupérer, l’attendre), ni à faire une nouvelle rencontre, sois juste conscient de celles que tu attires, soit ouvert à la nouveauté. Au fond de nous on le sait qu’on revivra des grands amours, qu’on peut plaire et aimer, être aimé en retour pour qui on est, sans avoir à forcer ou changer quoi que ce soit. Pense à toi, concentre toi sur toi, et accorde toi le temps qu’il te faut pour réaliser que cette femme est unique, mais que nous le sommes toutes, et que tu seras le gars génial d’une autre dès que tu auras changé ton regard sur Juliette!
    Quand les sentiments ont été très forts, la durée est proportionnellement longue pour ce qui est du deuil, car on fond de nous on ne peut imaginer avoir ressenti tout cela seul. Mais pour moi elle avait aussi des sentiments, c’est certain. Et elle devrait te le dire : « oui ça a été fort et on s’est aimé, mais aujourd’hui cela appartient au passé et je ne t’aime plus. Mes sentiments se sont éteints. Je n’en suis pas responsable. Je n’ai pas de projet avec toi ». Si c’était si fort entre vous, et pour toi donc, c’est que c’était partagé ! Tu n’étais pas seul à ressentir ce que tu as ressenti, même si elle refuse sûrement pour l’instant de l’admettre, de se l’avouer. Je pense sincèrement que l’amour naît sans prévenir et sans explication et qu’il meurt de la même façon, que nous n’en sommes ni maîtres ni responsables (même si j’observe que l’amour inconditionnel que l’on a pour ses enfants est différent (je suis maman) et ne meurt pas avec le temps ou suite à des actes.. ). Il ne faut pas lui en vouloir, et surtout il ne faut pas t’en vouloir ! Un jour tu seras content d’avoir vécu cette histoire, mais surtout heureux qu’elle soit terminée : elle t’aura fait avancer et grandir, et t’auras donné confiance en toi pour l’avenir et permis de rencontrer quelqu’un qui te corresponde vraiment et t’aime fort pour qui tu es vraiment ! Prends soin de toi comme tu aimerais prendre soin d’elle et tu verras 😉
    Courage pour ce combat que je partage aussi…
    Avec toute ma sympathie,
    Émilie

    1. Hello !
      Très beau message ❤ (Pfiou, c’est long ! 😉)

      J’vais pas faire une analyse point par point, mais globalement, je pense que tu as raison, à une chose près: Malgré la force de ce que moi j’ai ressenti, ce n’était pas partagé, je ne pense pas qu’elle m’aie jamais vraiment aimé. Apprécié, tout au plus. Mais je lui en veux pas.

      Bon courage à toi aussi ! (et aussi au mec dont tu parles)

    2. Emilie, je ne suis pas du tout d’accord avec la seconde partie
      Alors non l’amour n’est pas un truc magique qui apparaît et disparaît tout seul.
      De même qu’on peut éprouver des sentiments très forts pour une personne sans qu’elle ressente la même chose. Il est donc tout à fait possible que Juliette n’ait pas été amoureuse.
      Et pour finir l’amour inconditionnel peut exister envers d’autres personnes que ses enfants.

  4. Une rupture amoureuse ça fait putain de mal.
    Comme tu l’as dit, y’a des étapes et elles sont hyper importantes et il faut savoir les accepter, les accueillir.
    J’ai connu une rupture amoureuse en février, comment j’en ai chié frère. Le matin, je pensais à lui, le soir ma dernière pensée était pour lui. Il ma fallu 4 à 5 mois pour me guérir de lui. C’est long, j’étais triste, rageuse, rancunière, dans le spleen total. Un véritable petit caca.
    Et puis un matin, ça va mieux. Les jours passent et ton coeur est de plus en plus léger.
    Cette meuf t’a piqué, t’es encore dedans et c’est nor-mal !

    Prends le temps de penser à petite gueule, recentre-toi sur ta personne, aies en toi le seum, sois triste : accueille chaque émotion et ne les freine jamais. Faut extérioriser, sans ça, tu gardes en toi des trucs qui vont te bouffer à la longue.

    Les vieux disent « t’inquiète, c’est comme pour tout, ça passera »
    La phrase que t’as pas forcément envie de lire je sais mais tu verras, ça passera.
    Bon courage à toi mon grand <3

    1. Merci ❤
      J’sais pas les autres, mais moi tu me manques. 😘 (on parle de tes articles, évidemment, hein.)

      1. Ah ben je sais que tu me kiffes.
        Je tente de trouver la motivation mec, je sais j’abuse.
        J’ai tellement à dire que je sais même pas par où commencer. Gros bordel je te jure.

        1. T’abuses rien du tout. Personne t’obliges.
          Tu reprendras là où tu t’es arrêtée, quand t’en auras l’envie, et la motivation. 😄

  5. Parfois, les ruptures, c’est traverser l’enfer, pavé de tessons de bouteilles, sur les genoux. Matka a raison (mais on le sait, c’est une déesse – bisous Matka !), faut bien se vautrer dans la tristesse, et puis une fois qu’on en a fait le tour, on avance. Ça prend du temps, parfois beaucoup beaucoup de temps. Mais je crois que ce temps est important.
    Parle d’elle autant que tu veux – c’est ton blog, c’est ton espace, tu fais ce que tu veux, merde ! Parfois c’est au bout de la millième fois que tu rabâches qu’il se passe un truc, un déclic.
    Quoiqu’il en soit, vis à vis du psy, je ne sais pas. J’ai tendance à penser qu’on a tous des trucs à régler, et un bon psy, ça peut changer pas mal de trucs. Et puis aider à débloquer un truc, qui va débloquer autre chose, et, miracle, tu vas voir que c’était ça qui faisait coincer tel ou tel truc. Perso, ma psy m’a beaucoup fait avancer – et j’ai capté pas mal de schémas que je reproduisais, ou de phrases négatives que je me disais. Bref, je pense que ce n’est jamais inutile – faut juste trouver le psy qui a une pratique qui te convient.
    Bref. Pas d’auto-apitoiement : ouais c’est dur, mais tu vas y arriver. C’est certain. C’est juste pas rapide, et pas facile. Mais c’est une étape obligé.
    Je crois qu’une des leçons essentielles de l’âge adulte, c’est de comprendre que toutes nos histoires sont uniques, mais que personne n’est irremplaçable. On fini toujours par retomber sur quelqu’un, et on lui trouve des qualités, et ça marche. Ça n’atténue pas la douleur d’une rupture, mais c’est la petite lueur d’espoir au fond du tunnel !
    Et puis Mia Khalifa a raison : on doit d’abord être heureux par nous même, et ne pas compter sur les autres pour ça 😉
    Courage, tes fidèles lectrices sont avec toi !

  6. Melle B et Matka (et Mia Khalifa) ont tellement raison. Observe-toi, tes émotions. C’est très douloureux.
    On est dans un environnement où tout va vite et où on ne supporte pas le mal être et la frustration. Alors que tu aimerais tourner la page au plus vite, il te faut du temps. C’est comme ça.

    PS : young matka me manque aussi

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :