Sex Date: Ève

Sex Date: Ève

Pour le coup, rien à voir avec Adam et Ève, le jardin d’Eden, toussa. Promis. En même temps, vous vous en doutiez, non ?

Ça faisait un moment que je n’ai rencontré personne. Déjà parce que j’habite dans le trou du cul de la France, et puis parce que que je ne suis pas riche comme Crésus, je ne suis pas super beau gosse comme Ryan Gosling, et je n’ai pas la carrure de The Rock. Je plais pas à grand monde. Et quand c’est le cas, il faut encore que la meuf me plaise en retour, et pas que physiquement.

Le match

Enfin bref, donc j’ai rencontré Ève sur Bumble, elle est plutôt mignonne, elle a quarante ans (j’en ai eu 38 y’a quelques jours, c’est dingue, j’ai l’impression d’en avoir 18 28), habite a Luxembourg à une trentaine de kilomètres et elle a deux filles, (c’est donc une MILF, comme Fabiana ou Florence). En même temps, sauf si je les cherchais deux fois plus jeune que moi, y’a quand même de grandes chances maintenant.

On discute, et elle peine à me dire qu’elle ne cherche rien de sérieux. Il a presque fallu que je lui tire les vers du nez, c’est dingue. Cela dit, je la comprends, elle est fraîchement divorcée et elle n’a connu qu’un mec ces quinze dernières années, donc elle est pas très à l’aise avec tout ça mais elle préfère en profiter un peu pour le moment.

Moi ça me va. J’aimerais bien rencontrer ma future meuf et construire quelque chose, mais je l’ai suffisamment dit, j’aime le cul et je suis célibataire, donc je vais certainement pas lui dire non. On s’échange quelques photos (habillées). Surtout parce qu’elle n’en avait qu’une, cadrée uniquement sur le visage, et que du coup, je suis pas super en confiance.

Après une heure de discussion (il est 20h), sur nos envies respectives, ce qu’on aimait, ou n’aimait pas, je lui fais comprendre que je pourrais venir passer la soirée chez elle. Pas juste pour discuter ou pour enfiler des perles. 😏
J’ai insisté sur les trucs importants pour moi, le respect, qu’on communique, et qu’on se dise les choses (c’est important pour la suite). Et que je préfère que ce soit pas juste pour une fois, mais plus dans la régularité (si bien sûr chacun est satisfait).

Prise au jeu, elle accepte, un peu par envie de défi. J’avoue, j’avais pas prévu ça, pour être honnête. Pas par non-envie, mais plutôt par habitude (parce que rares sont les meufs qui acceptent, et ça se comprend), et puis parce qu’on est pas des bêtes (enfin si). Je mange en vitesse, je prends une douche et je pars braver le couvre-feu. Mais si, vous vous souvenez, le truc un peu ridicule qui fait qu’avant on devait être enfermés chez soi à DIX-HUIT heures, là (enfin 19h à ce moment). Au moins, au Luxembourg, c’était 23h, c’est un peu plus logique, mais bref.

Rencontre

J’arrive chez elle. J’en mène pas large, j’ai un peu mal au ventre parce que c’est pas non plus un truc que je fais très souvent. J’ai toujours un peu d’appréhension. Mais je dois bien avouer que j’aime bien ces moments « avant », un peu prémédité, quand tu sais qu’il pourrait se passer quelque chose, mais que t’en es pas sûr à 100% non plus. Genre « Ah bah finalement non », comme j’ai vécu ici.

On discute un peu, de relations, de rencontres, de célibat, des applications… Et elle m’apprend qu’elle a payé un abonnement Bumble. Je suis un peu étonné, et je me moque (gentiment) d’elle, en disant que c’est probablement la seule meuf qui a payé pour une appli de rencontre, parce que c’est bien souvent les mecs qui payent. En fait, elle avait pas compris que les services payants étaient quasi inutiles pour une meuf (et même pour un mec, quand on est un minimum débrouillard et original).

Je joue aussi avec son chat, qui est trop mignon et trop gentil (ça change des miens). Bon, en même temps, j’aurais fait la même avec n’importe quel autre chat, je deviens gaga dès qu’il y en a un, comme certain(e)s le deviennent avec les gosses. Il ramène des peluches une par une, les pose devant moi et miaule pour avoir des caresses. 🥰

Le moment (un peu gênant) tant attendu arrive. Je lui demande si je peux l’embrasser. « C’est pas trop tôt », me répond-elle. Cinq secondes après, on est en train de se galocher et je lui caresse la cuisse d’une main et les seins de l’autre. Après quelques minutes, je lui demande si elle est toujours ok pour aller plus loin, et là, elle se fige. Et je me décompose un peu, c’est vrai.

Ève, lève toi

Elle réfléchit, hésites, dis que oui, elle en a envie, mais qu’elle est pas sûre. Je la rassure en lui disant que je veux pas la forcer. Qu’on est pas obligés et que je peux rentrer chez moi, et qu’on peut remettre ça à une autre fois, ou même pas du tout. Je lui chuchote à l’oreille « j’ai très envie de toi, en tout cas ». Ça marche quasi à tout les coups, est-ce que c’est mal de faire ça ? Enfin bon, c’est la vérité, et elle a le choix, non ? Elle remet sa langue dans ma bouche (pour me faire taire ?) et on continue quelques minutes. Elle finit par se lever, me prends pas la main, et m’entraîne vers la chambre…

On a fait la totale, cunni, pénétration, fellation. Elle suçait très bien et c’est rare, mais ça m’a fait éjaculer en moins de dix minutes. De son côté, elle n’a pas joui. Je sais le reconnaître, même si des fois, c’est discutable, mais pas là. Et puis le proverbe est bien connu, « si tu te poses la question, c’est qu’elle a pas joui ». J’essaye de mettre un point d’honneur à toujours faire jouir la meuf, au moins une fois. Parce que déjà, j’adore ça, et puis, si elle a kiffé, mes chances de la revoir augmentent. Logique.

C’est pourtant pas faute d’y avoir mis du cœur à l’ouvrage. J’ai donné mon maximum. Je me suis demandé si elle avait aimé. Sur le coup, je n’ai pas osé lui poser la question après, mais je me dis maintenant que j’aurais dû. Et j’ai réalisé un peu le lendemain qu’en fait, je l’ai trouvée particulièrement silencieuse, pas un cri, pas un gémissement, très peu de son, quasi pas d’expression faciale. J’avais pourtant eu l’impression qu’elle y prenait du plaisir sur le moment.

On a continué à discuter un peu sur le lit, nus allongés sur le lit. Le chat est venu nous rejoindre. Il était presque minuit, je lui ai dit que j’allais rentrer parce que je travaillais le lendemain. Elle m’a proposé de rester dormir. J’ai refusé, parce que je devais m’occuper de mes chats (ce qui était vrai) et de toute façon, j’aurais du repasser chez moi pour prends mes affaires de boulot. On s’est rhabillés, on s’est embrassés, et je suis parti.

Le lendemain, je lui envoie un message pour lui dire que j’ai passé une soirée très cool. Et que, de mon coté, j’avais envie de la revoir et recommencer. Elle m’a répondu (je ne sais plus quoi maintenant), et je lui ai demandé quand elle serait dispo. Pas de réponse. Quelques jours plus tard, je renvoie un nouveau message pour savoir si tout va bien. Toujours pas de réponse. Quelques jours plus tard, le match et la conversation avaient disparus.

Bilan

Naïf comme je suis, je me suis dit au début qu’elle avait eu un souci avec l’application. Alors qu’en fait, elle m’a juste ghosté. Je déteste ça. Elle aurait pu me dire si elle n’avait pas kiffé, et pourquoi, ou bien même juste me dire qu’elle ne voulait pas me revoir. N’ayant aucun moyen de la contacter (à part me pointer chez elle à l’improviste, ce que je ne ferais jamais), je ne saurais donc jamais pourquoi. Je l’ai vécu un peu comme un échec. Pas longtemps non plus, quelques jours tout au plus, mais je me suis remis en question. Est-ce que c’était ma faute ?

12 thoughts on “Sex Date: Ève

  1. Vraiment un ghosting incompréhensible. Peut-être qu’elle a mal pris que tu ne restes pas dormir, c’est la seule explication que je vois personnellement. Beaucoup de femmes le prennent très mal. Les seuls fois où je disparais lâchement c’est quand le mec a menti sur ses photos ou qu’il a eu un complètement peu respectueux. Bref j’espère que la prochaine histoire serait plus joyeuse !

    1. Mouais, je pense pas, j’avais jamais prévu ça de base, elle me l’a juste proposé.
      Moi, je pense juste qu’elle a trouvé ça soit moyen, ok, ptet même bof, et qu’elle a pas voulu donner suite, mais elle aurait pu le faire mieux.
      Tant pis pour elle ! 😉

  2. Je crois qu’il ne faut pas chercher d’explication…
    Ça m’est souvent arrivé, parfois même avant la rencontre, donc techniquement je n’avais pas pu les décevoir….
    J’avais renoncé à essayer de comprendre parce que… Y avait il quelque chose à comprendre ?

    1. Avant la rencontre, je peux encore comprendre, techniquement, on se doit rien, même si ça dépend aussi du degré d’implication (si tu discutes depuis une heure ou depuis des semaines).
      Bon, après la rencontre, on se doit rien non plus, mais j’ai quand même inséré mon pénis dans son vagin, elle aurait au moins pu faire ça. 😀

      1. Je découvre ta réponse par ce que j’ai pas reçu de notif….
        Je suis d’accord avec toi, il y a des façons de faire mais certains les ignorent….
        Peut être juste une question de valeurs et d’éducation ?

  3. N’oublie pas qu’elle ne souhaitait pas investir quoi que ce soit, elle a été claire avec toi dès le début. Et d’après ce que je comprends, toi de ton côté, t’aimerais une gonz. Vois pas plus loin que ça.

    Par contre, si je peux me permettre, je trouve que le fait de vouloir absolument la faire jouir c’est juste heu… bah arrête gros.
    Rappelle-toi qu’elle n’a couché qu’avec un seul et unique homme depuis des années et que tu étais le preums à la remettre sur le marché du uc. Ca devait être un sacré truc pour elle en fait. Donc qu’elle n’ait pas jouit c’est pas grave quoi, c’est pas CA qui scelle un moment agréable : c’est l’échange entre vous, l’attention que tu lui as porté, les regards et la complicité. Stop de te focus là dessus. Surtout quand c’est une 1ère fois, parce que crois-moi mais un gars qui se met en tête de me faire jouir pendant 48 minutes : enfer et jamais je vais y arriver.

    1. Non mais qu’elle veuille pas s’investir, c’est pas un souci, et je comprends. On est pas obligés de se comporter comme des sauvages pour autant. 😀

      Je sais bien que ça ne fait pas tout, mais c’est quand même plus sympa si les deux personnes jouissent. J’en fais pas un défi (autre que personnel), et je lui mets pas la pression dessus, mais je donne mon max quand même ! 😀

      1. J’ai été en couple 17 ans, je peux te dire que j’ai du voir plusieurs mecs pour reprendre confiance en moi et il a fallu quelques rapports pour que j’arrive à jouir !

  4. J’arrive après la bataille car je découvre tout juste ton blog.
    Une petite hypothèse que je formule pour ce ghosting : ce serait la gène.
    La gène d’être passée à l’acte sur un coup de tête, de ne s’être peut être pas sentie à la hauteur, de ne pas se reconnaître dans ce geste…
    Bref, aucunement responsable le Tabi. J’aime bien ce que tu décris dans la façon dont tu l’as approchée, pas de regrets à avoir. Tu ne peux juste pas connaître son histoire. A toi maintenant d’accepter ce ghosting (toujours désagréable) avec quiétude.

    1. C’est possible effectivement, comme raison. Effectivement, je suis pas dans sa tête.
      Enfin je m’en suis remis, hein, c’est juste que je supporte pas ce comportement.

      Et bienvenue ! 😀

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :