1er avril

Coucou 1er Avril, t’es viré !

Deux articles dans la même journée ? Quel déglingo.
Ah, le 1er Avril, et sa grande tradition des canulars. Pardonnez ma vulgarité, mais 1er Avril, va bien te faire enculer. Voilà, c’est dit.

Qué ?

Revenons un peu dans le temps. J’arrive au boulot ce lundi matin, comme la plupart des lundis matins en fait. J’ouvre internet (je n’ai jamais dit que j’étais venu pour travailler), et je facepalm devant toutes ces annonces tellement prévisibles.
Ok, j’avoue, j’ai bien rigolé devant celui de la Police Nationale de Savoie qui propose de « venir tester gratuitement la qualité de vos produits stupéfiants » chez eux.

Consterné devant tout le reste, j’ai donc proposé qu’on aie le choix dans la date (et non sa contrepèterie, AHAH, JE ME MARRE TOUT SEUL):

Contexte ?

Samedi, j’ai passé une bonne partie de la journée avec Juliette. On a même fait du sport. En vrai, non, on a juste été promener son chiot pendant deux heures. Il n’empêche que j’ai tellement pas l’habitude que j’ai mal aux jambes depuis, et là quand j’écris, on est quand même mardi. Ajoutez à ça le fait que je suis allergique au pollen et que j’ai le nez bouché de mes morts également.

Le soir, on va au resto, tranquillou, et on fait un câlin en rentrant. Enfin quand je dis câlin, elle croise ses jambes autour de ma taille, se frotte un peu beaucoup contre moi et me fait comprendre qu’elle a envie de moi. Moi aussi, j’ai envie d’elle, mais je vous rappelle que je suis au bout de ma vie, et c’est physiquement pas possible. Oui, vous l’avez entendu pour la première fois ici, un mec (moi) a donc refusé une partie de jambes en l’air. L’imbécile que je suis fais une remarque pas très maligne (mais qui, pour ma défense, se voulait ironique) et qui ne lui plait pas trop, mais elle ne me le fait pas remarquer. On va se coucher. Triste comme samedi soir, n’est-ce pas ?

Revenons à nos poissons

Je la sens un peu ronchon, et la communication est difficile le dimanche. Et donc, lundi, j’envoie quelques messages de banalités dans la journée, puis je lui signifie par lettre avec AR que j’ai envie d’elle, et de la revoir rapidement, afin de me rattraper de mon état de samedi soir.

Et là, c’est le drame. Elle m’explique que ce que je lui ai dit l’a vexée, qu’elle sait pas trop de son côté parce que ça l’a refroidie, puis ceci:

Bon, à ce stade, pour être honnête, je crois que j’ai envie d’autre chose de toute façon. J’ai envie de nouvelles expériences et de voir d’autres mecs.

Satan ? Non, Juliette.

Je suis tombé sur le cul. Bon, évidemment, vous, vous avez senti l’arnaque tout de suite. En fait, je me demande comment j’ai fait pour pas la sentir non plus, sachant que mes sens étaient déjà en alerte depuis le matin à ce sujet.

J’ai rien vu venir, tellement j’avais le seum. On a discuté, par messages, pendant peut-être une heure, sur le pourquoi, le comment. Et puis, à un moment, j’ai tilté…
– Je viens de repenser au fait qu’on est le 1er avril et si c’est une blague, elle est vraiment pas sympa…

Spoiler Alert: C’était une blague. « Meuh, j’le savais hein, je jouais le jeu ».
A priori, c’était trop tentant de me faire le coup après mon tweet. Et puis c’est vrai que j’aurais grillé direct si elle m’avait dit qu’elle était enceinte.

Tldr

Ne faites pas la même erreur que moi. Ne faites confiance à personne le 1er Avril. PER-SON-NE. Vous finirez avec un couteau planté dans le dos. Bon, elle a promit de se rattraper. 😎
J’vous invite à venir me suivre sur Twitter, j’ai pas beaucoup d’amis là bas. Surtout qu’on va reparler du petit oiseau bleu très bientôt.

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 thoughts on “Coucou 1er Avril, t’es viré !

  1. Cette contrepèterie étant la seule que je comprenne, me fait marrer à chaque fois. Comme quand on me demande où est un truc, je rigole avant même de faire la réponse.

    Pas mal le poisson d’avril de la Police. Je suis tellement crédule que tout fonctionne très bien avec moi.

  2. #TeamAllergiquesAuPollen ✊🏻 Utilise du Derinox quand t’as le nez bouché, ça va te changer la vie. Perso c’est devenu mon BFF. 😉

    1. Ouais, mais je déteste ces pschitt dans le nez. En vrai, j’préfère la cocaïne pour déboucher tout ça. 🤣
      Non, mais plus sérieusement, c’est ptet aussi parce que je me suis allongé dans l’herbe. Oui, je sais, je cherche les emmerdes.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :