petite vertu

Petite vertu: Je suis donc une pute

Ou alors, un gros connard, un briseur de rêves, un womanizer (pas le vibro, hein), un déchet. Ou tous à la fois ? Choisissez, moi, j’y arrive pas.
Je tiens à m’excuser par avance pour la virulence de certains de mes propos. J’ai essayé de rester calme pendant l’écriture. C’était difficile. Très. Trop.

Petite vertu: Apparu dans le courant du XVII ème siècle, se dit d’une personne aux mœurs légères, dont les comportements sexuels contrevenaient à la morale de l’époque. Une pute quoi. (Désolé du lien, mais à priori, l’expression est « réservée » aux femmes. Une honte… On ne me laisse donc pas la possibilité d’être une pute.)

Préambule

Le dimanche, généralement, on se repose de notre dure semaine, on glande au lit, on se promène, on profite quoi. Moi j’préfère me faire agresser sur Facebook par une meuf plus étroite d’esprit que mon cul. A la base, j’avais juste prévu de faire comme La Fouine: « Je reste dans mon jacuzzi, tu restes dans ta jalousie »… Mais il a fallu qu’elle insiste. Grand bien lui en fasse, remarque, sans quoi vous ne liriez pas cette douce prose aujourd’hui.

Critiquer, futur sport olympique

En tant que blogueur (ou plus généralement, personnalité publique), on s’expose forcément aux vilains méchants commentaires. A croire que c’est devenu normal et naturel de critiquer des gens qu’on connait pas sur internet. Enfin, bon, en vrai, il est fortement possible que Twitter aie été créé pour ça. Le respect, c’est so 2018.

Bon j’avoue, j’en ai pas vu beaucoup sur mon blog, mais c’est parce que je suis un nobody dans le game. Une seule en fait, ce dimanche (mais la vérité, c’est que ce n’est pas sa première condamnation, j’aurais donc dû la voir venir). J’vais garder son anonymat, le but n’est pas de l’afficher personnellement, mais de dénoncer son comportement (bien bien) de merde.

Ils sont partout…

Vous ne le savez peut-être même pas, mais vous avez très certainement des gens méprisants (et donc méprisables) parmi vos amis. Des gens comme elle. Que ce soit sur Facebook, Twitter, Instagram, mais aussi et surtout dans la vraie vie. Donc il se pourrait que vous la connaissiez, ou que des gens de votre entourage lui ressemble. Finalement, en apparence, elle est comme tout le monde. Parce qu’ils sont durs à reconnaître et se cachent bien, les margoulins.

Donc voilà, l’histoire commence sur Facebook où j’ai posté mon article concernant Florence. En vrai, je ne sais même pas pourquoi je continue à poster mes articles dans ces groupes. J’y suis pas très actif, et je me pose la question sur l’intérêt que les membres portent à mon contenu (pas par rapport aux personnes mais par rapports aux sujets qui y sont proposés). Mais je pense que je le fais un peu par habitude.

Dimanche, 10h20

Enfin bon, il y a donc eu ce commentaire le vendredi. La personne qui l’avait posté m’avant déjà fait un commentaire plutôt négatif sur un article similaire, mais après un peu de discussion, j’avais l’impression qu’il était possible de dialoguer, bien qu’on ne soit pas d’accord. Moi, vous savez, j’aime bien le dialogue, quand c’est civilisé. Pas de bol sur ce coup-ci…

Découvrons donc tous ensemble cette conversation, message après message. Je tiens quand même à préciser que j’ai corrigé son orthographe (un chouïa, j’ai vu pire, j’avoue), et la ponctuation, parce que clairement, elle est fâchée avec.
Ce n’est pas retranscrit, mais à chacun de mes messages postés, elle a bien évidemment réagi avec l’émoji 😆, sous entendu t’es trop con (enfin je l’ai pris comme ça, parce que ça n’avait pas l’air d’être « tu me fais rire à m’en pisser dessus », ou alors, pas en bien). On sent tout de suite la maturité de l’énergumène.

Message un: Belle mentalité

T’es vraiment porté sur le cul toi.
Qu’un mec d’une vingtaine d’années blogue sur ses plans cul, passe encore mais à 35 ans… l’âge où un mec est sensé être marié ou pacsé et avec un enfant…

(elle)

Vous sentez déjà le mépris de cette personne, et les bons vieux stéréotypes ? Moi oui. Bon, enfin, ça reste encore ok.
« Sensé ». Qui t’as dit que je voulais me marier ? Qui t’as dit que je voulais des enfants plus tard ? Tu assumes que c’est le but ultime dans la vie de tout le monde, mais, euh, ben non, en fait, tu vois. C’est si difficile à comprendre que chacun est libre de ses choix ?

Niveau d’énervement: 1/10. Faut dire que le message datait de vendredi, donc j’ai eu du temps supplémentaire pour laisser redescendre la pression. Donc évidemment, je réponds, parce que j’vais pas me laisser faire, même si finalement ça reste un avis comme un autre.

Réponse une: Restons courtois

36 ans même. Et je conçois tout à fait que tu aies un avis différent sur comment les gens doivent se comporter, mais ça reste ma vie et j’ai de leçons à recevoir de personne. Et non, ma vie ne tourne pas entièrement autour du cul.
Quant au stéréotype du mec qui, parce qu’il a 35 ans, doit forcément être marié et avoir un enfant, on est en quelle année là, 1930 ?

(moi)

Alors, oui, j’aime le cul. Y’a des activités moins fun, je trouve, non ? De là à dire que ma vie tourne autour, faudrait voir à pas déconner… Ai-je besoin d’ajouter quelque chose ? Je trouve que j’ai été correct, tout en pointant quand même l’avant-gardisme intellectuel très prononcé de cette demoiselle. (C’est faux.)

Message deux: On est pas dans l’abus

Certes, c’est ta vie, tu es libre sauf que là tu l’exposes sur le net donc attends toi a des commentaires et des critiques.
C’est idem pour les blogueuses mode, qui parfois font même face à des haters.
Tu exposes un mode de vie qui est anti-conventionnel sur un groupe Facebook où les femmes sont majoritaires.

Ce genre de comportement que nous détestons chez un homme !
Comportement consumériste et égoïste qui fait passer la femme pour un objet sexuel.
Tinder c’est l’appli pour plan cul par excellence.
La majorité des femmes célibataires qui veulent construire et avoir un enfant le sont à cause de mecs comme toi !
Et beaucoup sont obligées soit de renoncer à leurs rêves soit de passer par la PMA seules pour avoir un enfant.
Si tous les hommes cessent d’être égoïstes à ce point nos sociétés se porteraient mieux !
Regarde aussi comment tu décris les femmes ! On dirait des objets pour toi, de la viande !
On est certes pas en 1930 mais la majorité des êtres normalement constitués se mettent en couple ! Le coït par-ci par-là, c’est les animaux qui se comportent comme çà !

(elle)

J’ai trouvé ça bien au début. Non, mas c’est vrai, je suis d’accord avec elle. Jusqu’à « majoritaires ». Juste un truc, t’as pas l’air d’avoir remarqué, mais tu en fais partie, des « haters ».

Et puis après, c’est l’escalade de conneries. Clairement, tu sens que la meuf a vécu une histoire qui l’a amochée sentimentalement et qui est partie en croisade contre la gente masculine. Sauf que en fait, ben j’ai absolument rien à me reprocher dans cette histoire, et du coup, elle et sa façon de penser m’ont fait plus pitié qu’autre chose. Niveau d’énervement: 5/10, je dirais. Ouais, ça monte vite, mais bon, elle est pas du tout dans l’abus, faut dire.

Réponse deux: La contre-attaque

C’est marrant, parce que t’es la seule qui le dit, sur FB, sur mon blog, n’importe où en fait. Quoiqu’il en soit, je serais curieux de savoir ce que pensent d’autres personnes à ce sujet…
J’suis même pas sûr que tu les lis, les articles, parce que déjà, des articles comme ça, y’en a pas 50 (10% des articles peut-être ?), mais surtout tu saurais que je ne trompe personne étant donné que je suis honnête dès le départ avec ces femmes. Donc on va éviter de parler « d’objet sexuel » ou de « les meufs sont célibataires à cause de gens comme toi ».

Tu sais, les meufs ont aussi parfois envie d’avoir un plan cul. Celles dont je parle en sont la preuve. Et tu verrais aussi que je ne les traite pas comme de « la viande ».
Bon, j’vais arrêter là, parce que je vais dire des choses vraiment méchantes et c’est pas comme ça que j’ai envie de passer mon dimanche. J’suis désolé si t’as vécu de mauvaises expériences avec des mecs « comme moi » (en fait pas comme moi, mais c’est ta formulation). Je te suggère de me bloquer, tu n’entendras plus parler de moi.

(moi)

Je le pensais sincèrement, j’avais vraiment envie de savoir ce qu’en pensent d’autres lectrices qui ne me lisent pas d’habitude ou qui ne sont pas amatrices du contenu que je propose. Je n’ai pas choisi le mot « amatrices » pour rien, mais vous allez comprendre. Si je peux me permettre de vous mettre en garde, il est temps d’accrocher votre ceinture si c’est pas encore fait.

Si elle n’avait fait que critiquer ma personne et la façon dont je vis mes relations, j’aurais stoppé la conversation ici et cet article n’existerait pas. Après tout, elle a le droit de trouver ça naze, je m’en fous. J’accepte totalement la critique et le fait qu’on puisse avoir un avis différent du mien. On finit par ne pas être d’accord, et nos chemins se séparent. Mon côté diplomate a bien vu que ça allait dégénérer, je lui ai donc conseillé de me bloquer si mon mode de vie l’ulcérait tant que ça et on n’en parlerait plus. Faut croire que c’était un mouv’ trop « High IQ ». Parce que non, elle allait pas s’arrêter en si bon chemin. Et là, j’suis pas d’accord et j’allais surement pas laisser passer ça.

Au passage, pardonnez moi de considérer les femmes comme des objets sexuels, comme de la viande, d’être un animal, d’être à ce point égoïste (c’est vrai quoi, merde, je pourrais penser d’abord à tous les autres avant de penser à ma petite personne), et surtout, SURTOUT… d’être l’unique responsable de l’abandon du rêve de toutes ces femmes seules, ou de les obliger à faire une PMA seule (au passage, moi, j’suis pour la PMA pour toutes, mais c’est pas le sujet). Franchement, j’ai pas pu m’empêcher de rire à ce commentaire. 🤭

Ce dernier paragraphe n’était pas du tout ironique. Ou peut-être que si. J’ai dit que j’arrêtais là ? Ok, j’avoue, j’ai menti.
(Sérieusement, attachez votre ceinture, maintenant, vite.)

Message trois: Partie en vrille

Sur ton blog c’est les mêmes groupies qui commentent.
Tristement, pour qu’il y ait plan cul il faut bien qu’il y ait des femmes de petite vertu qui ne se respectent pas et qui acceptent d’être l’objet d’un homme.
Ces femmes aussi finissent par rester célibataires.
Très peu acceptent d’être un plan cul et comme tu l’as dit dans l’article c’est parce que désespérées ou rouillées (7 ans d’abstinence et de vide affectif ! 😱) ou parce qu’elles ont un problème particulier (engagement, histoire personnelle et psy pas top, faible estime d’elles même).

(elle)

Petit aparté pour Florence. Le plan cul, c’était son choix aussi. Et ça lui va très bien pour le moment. Elle a donc une vraiment toute petite vertu minuscule après sept ans d’abstinence. Elle est rouillée, ça je veux bien te l’accorder. Désespérée, par contre, non. Et si j’peux donner mon avis (pas sûr que j’ai le droit ? Bon, je tente quand même), j’trouve qu’elle a eu de la chance de tomber sur un mec qui aie respecté le fait que ça fait longtemps qu’elle était plus dans le game, et qui à aucun moment ne l’a forcée ou pressée à faire des trucs qu’elle voulait pas. Toi-même tu sais, les mecs, tous des connards obsédés et pervers. Eh, j’ai pas dit que je méritais un prix Nobel non plus, abusez pas.

Vous savez, moi j’pensais être un mec bien, gentil, honnête, prévenant, toussa. Ben en fait non, je suis le pire déchet de l’humanité. Vous vous souvenez du terme « amatrices ». Ben non, il semblerait que vous soyez des « groupies ». Tain, si c’est le cas, j’aime autant vous dire que vous êtes les pire groupies de la Terre, j’ai reçu zéro nudes, zéro petites culottes, zéro déclaration d’amour 😆. On aura vraiment tout lu.

Et j’apprends qu’une femme qui recherche du plaisir sexuel hors couple est donc une femme de « petite vertu ». C’est tout un nouveau monde qui s’ouvre à moi. Non mais pour le coup, j’ai vraiment l’impression d’être en 1930. D’ailleurs, vu toutes les raisons que tu énumères, ça commence à faire quand même un paquet de gens de petite vertu… Niveau d’énervement: 10/10. Pfiou, je sais pas quoi répondre. Ah, ben si, je sais.

Réponse trois: Le mépris

C’est marrant, je croyais que tu défendais toutes les femmes, mais en fait, il s’avère que tu ne défends que les femmes qui pensent exactement comme toi. C’est vraiment moche.
Tu sais quoi, j’ai bien envie d’en faire un article, de ce que tu penses de ses femmes de « petite vertu », je leur demanderais leur avis, et on verra bien ce qu’elles en pensent, de tout ça.
Du coup, j’pense que c’est moi qui vais te bloquer.

(moi)

Alors, un avis, groupies et femmes de petite vertu ? 🤣
C’est le moment d’écrire vos plus beaux commentaires et de lui dire (et à moi aussi par la même occasion) ce que vous en pensez (et vous avez le droit d’être de son avis, après tout, sauf si vous faites partie de mes groupies mais ça, ça me semble logique).

On reste courtois tout de même, même si je sens que certaines vont avoir des envies de meurtres. On a peut-être une « petite vertu », on est sûrement des « prostitués » (je m’inclue dedans après tout, hein), il n’empêche qu’on a un minimum de savoir-vivre et de respect de l’opinion d’autrui, même quand ledit autrui débite autant de débilités par commentaire. Ne tombons pas aussi bas qu’elle. Merci.

Message final: Ok, moi j’laisse tomber

Je ne défends pas toutes les femmes ! Seulement celles qui se respectent.
Mais celles qui, de par leur comportement, donnent une mauvaise image de la femme, je ne les défends pas.
Idem pour les hommes : heureusement, tous ne sont pas comme toi. Beaucoup sont contre les plans cul quelque soit leur âge ! Donc tous les hommes ne sont pas des connards !
Et toi tu te vois comment à 40 ? Toujours seul et sur Tinder ?

(elle)

Niveau d’énervement: Error/10.
J’avais pas répondu (j’avais faim et j’ai été me faire un sandwich la flemme), mais je vais le faire ici.
Déjà, j’connais pas beaucoup de mecs qui, s’ils sont abordés par une meuf sexy qui leur fait comprendre que y’a moyen, vont dire non. Ou alors c’est des hommes de petite vertu fragiles et ils auront peur du fait que ce soit la meuf qui prenne les devants. J’inclue évidemment pas les mecs heureux dans leur couple (quoique, des fois…).

Comment je me vois à 40 ans ? Je suis persuadé que tu penses que ça va atteindre mon fragile petit ego, mais absolument pas. J’vais donc te répondre très honnêtement: J’en sais foutrement rien. Ce qui est sûr, c’est que je ne serais jamais avec quelqu’un comme toi, frustrée de la vie, intolérante envers les autres. Et je serais probablement plus heureux que toi, pour ces mêmes raisons. Si je dois être encore sur Tinder (donc célibataire), ben tu sais quoi, je ferais tout pour en profiter un maximum.

Y’a rien qui va chez toi, meuf. Si y’a bien des gens que je supporte pas, c’est les gens fermés d’esprit et intolérants, qui critiquent le mode de vie des autres juste parce que il est différent du tien.

J’ai de la peine pour elle

Je conseille tout de même à cette non lectrice d’aller relire cet article (même si, en le relisant, je me rends compte que je n’ai pas parlé du pire: les femmes qui crachent sur les autres femmes). Elle y apprendra peut-être deux ou trois trucs intéressants. Ah ouais, autre conseil… Ne lis pas le prochain article, parce que je peux t’assurer que tu vas pas le kiffer non plus, et ce coup-ci, j’aurais pas la même patience que j’ai eu là.

Des meufs comme toi, qui ne recherchent pas de plan cul , j’en rencontre plein sur les applications. Et je respecte leur choix. Je le comprends. Je ne le critique pas. Et en retour, très peu critiquent le mien, la plupart comprennent, et répondent poliment que ce n’est pas ce qu’elles recherchent, puis unmatchent (ou alors unmatchent sans prendre la peine de répondre). Je peux compter les fois où j’ai eu droit à la même réaction que la tienne sur les doigts d’une main.

C’est vraiment tout pourri de penser comme toi. T’es moche à l’intérieur.

16 thoughts on “Petite vertu: Je suis donc une pute

  1. Hmm… je ne suis pas d’accord avec cette personne sur tous les points, et certainement pas en accord avec la forme. En revanche (et désolée mais c’est là que je ne suis pas une vraie groupie ^^), je ne suis pas du tout d’accord avec la forme de cet article non plus. En lisant le début je me suis dit « parfait, pas d’attaques personnelles, il n’aime pas être jugé donc il ne va pas la juger non plus ». Et… perdu, malheureusement 🙁 Le « Y a rien qui va chez toi » (sans apostrophe, je te corrige aussi ;)) et surtout tes deux dernières phrases dessert ton propos. Je peux comprendre que le sujet te touche, malgré ce que tu dis, et peut-être même qu’il touche une corde sensible que tu ne veux pas voir. Ou bien je me trompe, soit ^^ Cela ne te donne en tout cas pas le droit de dire « t’es moche à l’intérieur », qui sonne même un peu enfantin selon moi.

    Bref. Dans l’absolu je suis d’accord avec toi et ce qui me semble être le message de fond de ton article : on n’a en aucun cas le droit de juger la vie et les choix des autres, surtout si comme toi ces choix sont faits sans tromper une tierce personne.

    Ce que j’ai du mal à comprendre, du coup, c’est qu’au final tu tombes dans le même piège, tu juges toi aussi une PERSONNE et non ses mots… c’est dommage et ça discrédite ton discours de tolérance 🙁 J’aime beaucoup le traité de rhétorique de Schopenhauer, donc je conclus mon (trop long) commentaire avec ses mots à lui :

    « Lorsque l’on se rend compte que l’adversaire nous est supérieur et nous ôte toute raison, il faut alors devenir personnel, insultant, malpoli. Cela consiste à passer du sujet de la dispute (que l’on a perdue), au débateur lui-même en attaquant sa personne : on pourrait appeler ça un argumentum ad personam pour le distinguer de l’argumentum ad hominem, ce dernier passant de la discussion objective du sujet à l’attaque de l’adversaire en le confrontant à ses admissions ou à ses paroles par rapport à ce sujet. En devenant personnel, on abandonne le sujet lui-même pour attaquer la personne elle-même : on devient insultant, malveillant, injurieux, vulgaire. »

    (Et bien sûr je suis ouverte à la discussion, moi aussi j’aime bien débattre et écrire de longs pavés, tavu :D)

    1. (J’vais aller vite fait rajouter cette apostrophe en scred’ 😉)

      Pour te dire la vérité, je m’étais posé comme « consigne » de ne pas l’attaquer personnellement, mais uniquement sur sa façon de penser (étriquée et moyenâgeuse, selon moi) qui me dégoûte (réellement, au même titre que les homophobes, racistes, etc.). Je crois que j’ai relativement réussi. Enfin je trouve, chacun est libre d’avoir son avis là dessus aussi.

      Le fait est que j’ai fini par modifier la fin et peut-être que la dernière phrase est de trop. J’sais pas trop comment expliquer ma pensée, mais (accroche toi, c’est très imagé) j’avais l’image de voir l’âme de quelqu’un, et associer le « t’es moche » (rapport au physique, et qui peut être considéré comme enfantin dis comme ça) à « l’intérieur » (l’âme donc). Après, on est d’accord ou pas. En tout cas, j’vais pas m’excuser vu son discours, et pourtant je sais reconnaître mes torts quand je vais trop loin.

      1. Je comprends, d’autant plus vu ton état d’énervement, qui se comprend bien ^^ De mon point de vue, je préfère largement qu’on traite de « moche » mon physique, parce que ça ne compte pas et ça ne m’atteint pas ; en revanche, qu’on vienne attaquer mon « moi profond », que ce soit l’âme, l’intérieur, bref le terme que tu veux, je trouve ça très violent. Mais c’est vrai que c’est mon point de vue 🙂
        Il y a aussi le fait que pour moi, un point de vue ou bien des mots qui dérapent ne veut pas dire que la personne est « moche de l’intérieur », ou mauvaise. Tout comme une bonne personne peut faire de mauvaises actions. Je sais pas si tu vois ce que je veux dire ? J’ai l’impression de m’exprimer bizarrement sur ce coup-là :/

        1. Ben j’sais pas, j’pense qu’on a le droit de critiquer quelqu’un sur l’intérieur, beaucoup moins sur le physique. Parce qu’on choisit pas (toujours) qui on est à l’extérieur (la génétique), alors qu’à l’intérieur, si (l’éducation).

          Après, il est évident que quand je dis « moche à l’intérieur », je l’ai pas précisé, mais c’est spécifique sur la mentalité concernant ces sujets.

    2. Ah oui, mais non j’vais pas aller corriger en fait. J’avais mal compris, et quand j’ai été voir, je me suis dit « Ben elle raconte quoi, elle y est, l’apostrophe ». En fait, tu voulais que je l’enlève.
      Certes, c’est une version courte de « il n’y a », mais je reste persuadé qu’il faut une apostrophe. 😃

      1. Ah ah, je suis correctrice, je t’assure qu’il faut enlever l’apostrophe 😀 Si tu veux un bon moyen mnémotechnique, la règle est assez claire : l’apostrophe est là en lieu et place d’une lettre, qu’on élide pour faciliter la prononciation. Dans « il n’y a », l’apostrophe remplace le « i » dans « ni » 🙂 Il n’y a d’ailleurs pas d’apostrophe entre le y et le a dans cette même locution 🙂 On n’écrit pas non plus y’a’t’il !

        (pour toutes questions de langue française ou de syntaxe, je reste disponible, j’adore ça même quand je ne planche pas sur un livre ou autres :D)

    3. J’vois pas le problème.
      J’vois même pas de problème au jugement.
      J’préfère de loin un jugement motivé et expliqué, mûrement décidé et qu’il est possible de remettre en cause et de faire évoluer lorsqu’on a tort, plutôt qu’un « non-jugement » où on pense quand même que les opinions et le comportement d’untel sont néfastes.

      La nana, là, elle répand son caca. Elle invective et tente d’agir sur les gens. Elle désire modifier le monde selon sa vision, et cette vision est néfaste, dénuée de respect ou de volonté de liberté. Au contraire elle cherche à enfermer les autres dans son opinion étriquée.
      Et j’en pense que si on laisse faire ça, si on laisse les gens aux opinions étroites et néfastes répandre ces opinions, le monde à venir sera moins bon pour nous et nos successeurs.
      Donc il faut agir, réagir, et condamner ces menaces.
      Et je préfère juger avant de condamner.
      Et condamner sans juger est encore pire.
      Et ne pas condamner amènera un monde moins tolérant.

  2. Question :

    C’est quoi le but ?

    Si Madame lit l’article et les commentaires, ça m’intéresserait beaucoup de comprendre pourquoi un tel déferlement de haine : Faire fermer le blog ? Culpabiliser les lecteurs/trices ? Rabaisser la plupart des femmes ? Se défouler ? Espérer blesser les personnes visées, voire les traumatiser ? (J’imagine Florence lire le commentaire la concernant, et s’apercevoir que son histoire provoque l’effroi, la pitié, et qu’elle passe pour une désespérée qui couche avec le premier animal venu) Sauver ou changer le monde par le biais de commentaires sur Facebook ? Quel est le sens de cette attaque, quel est l’objectif, pourquoi utiliser son précieux temps pour ça ?

      1. Au contraire c’est simple à comprendre. L’article est venu contredire les convictions profondes de la madame. Et l’on sait bien que lorsqu’un sujet te tient à coeur, réagir à brûle-pourpoint est souvent la réaction privilégiée. Ton « droit de réponse » en est un bel exemple :o)

        Mais autant tu es balèze pour pointer des problèmes dans son argumentaire (et extrapoler logiquement sur sa vie perso), autant tu devrais appliquer le même exercice sur ta propre vie. Genre au hasard, ton absence de vie sociale, tes relations inexistantes avec ta famille, ta peur de la solitude, celle de sortir de ta zone de confort, ton manque de hobbies, ta santé physique, et ton chagrin d’amour dont tu n’arrives toujours pas à faire le deuil.

        Plein de trucs à explorer tu vois! A moins que tu kiffes rester dans ton canapé à regarder d’un oeil des séries TV de seconde zone…tout en swipant sur ton tel.

        (pique de fin volontaire pour te forcer à répondre à chaud bien sûr! ;o))

        1. Alors, peut-être que je prends le commentaire comme une critique alors que je devrais pas ? (j’suis ptet un peu débile mais je vois plutôt une critique dans ton commentaire). Si j’ai mal compris ton commentaire, alors j’suis désolé, et j’te prierais de reformuler (ou pas, après tout, tant pis).

          Je sais pas trop d’où ça sort, mais j’extrapole pas vraiment sur sa vie perso. Je parle d’éléments bien précis. Enfin je trouve. Après, libre à chacun d’être d’accord sur le sujet, ou pas. Moi, je le suis pas. Et étant donné qu’elle vient m’attaquer « chez moi », j’me donne, à juste titre, le droit d’y répondre.

          J’vais répondre à chaud mais tu vas être déçu(e ?) parce que j’ai absolument rien à me reprocher concernant ma vie privée. Qui est ce qui est, mais jamais, oh grand jamais, j’ai sous-entendu que ma vie était parfaite, Ou même meilleure que celle d’untel, ou alors, faudra que tu me ressortes les liens (j’ai plutôt d’ailleurs l’impression que je me dévalorise la plupart du temps). Comme tout le monde, je lutte parfois contre mes démons.
          Au passage, je trouve que ma vie privée, justement, je l’aborde (et je continuerais à l’aborder) d’ailleurs largement de manière critique, enfin peut-être que mon avis est un peu biaisé.

          Donc j’sais pas, si ton but était de me faire péter un câble comme elle a réussi à le faire sur ce sujet, c’est loupé. 😃

          Quant aux séries dites de « seconde zone » (?), j’ai envie de dire que tu respectes finalement autant les choix des autres qu’elle le fait, même si le sujet est certes moins grave.
          J’suis d’accord pour avoir des discussions ou les gens n’ont pas forcément le même avis que le mien et exposer leur point de vue, mais si c’est pour faire de la critique et du dénigrement gratuitement, j’ai toujours la possibilité de les supprimer, hein (ce que je n’ai jamais fait pour le moment parce que j’y ai pas vu l’intérêt, mais y’a que les cons qui changent pas d’avis).

  3. Je ne comprendrai jamais ces personnes qui pensent que leur façon de voir les choses est la bonne. Que c’est eux qui détiennent le savoir. Qu’ils ont forcément raison. Qui refusent d’imaginer que tout le monde a son propre point de vue, son propre ressenti, ses propres envies. Que tout ça fait qu’on se retrouve avec des diversités. Que c’est cette diversité qui est belle. Je le répète tous les jours à mes enfants, qu’est ce qu’on s’ennuierait si tout le monde était pareil !
    Je suis passée par cette normalité avec le père de mes enfants, restée 17 ans avec et je serais encore avec si il ne m’avait pas quittée alors que nous n’étions pas si heureux. C’est ça sa normalité à cette moralisatrice?
    Je remercie tous les jours mon ex parce que grâce à notre histoire, je suis aujourd’hui très épanouie dans ma relation amoureuse. Les expériences sont formatrices, celle que j’ai connu avec mon ex, celles pendant mon célibat, et donc ma période de petite vertu, m’ont également beaucoup apporté, de l’épanouissement sexuel à la réflexion sur ce que je voulais et ce que je ne voulais plus.
    Un jour je suis allée faire un test vih, car même si je me protégeais toujours, je vérifiais de temps en temps. Quand elle m’a demandé si j’avais eu beaucoup de partenaires et que j’ai commencé à compter…… Ben ça m’a fait rire.
    Parce que non ces hommes ne m’ont pas exploitée ni traitée comme un objet. J’étais à une période de ma vie où j’étais émotionnellement parlant vidée, plus capable de faire confiance, ni donner de l’amour après cette trahison. J’avais besoin de me retrouver et m’aimer à nouveau après ces années finalement destructrices. Nous étions entre adultes consentants et y trouvions notre compte.
    Ne pas avoir envie de ça est concevable, j’ai des amies qui en sont incapables et pour autant elles ne m’ont jamais jugée. Parce que chacun fait ce qu’il veut, à partir du moment où les choses sont claires.
    Et ce n’est pas une coincée avec ses principes de bonne sœur qui me fera regretter cette période de ma vie qui m’a permis d’être celle que je suis aujourd’hui et de vivre ce que je vis également.
    Ouais c’est moche de juger tout le monde comme ça.

    1. En plus je pense sincèrement que Florence a eu de la chance de tomber sur toi, parce que t’as été compréhensif avec elle, en tous cas c’est ce que je ressens en lisant l’article

  4. Aya je viens de découvrir que je suis une petite groupie, étant mariée cela fait-il de moi une femme de petite vertue ou une cyber infidèle ?
    En plus je (mon mari aussi soit dit en passant) ne veux pas d’enfant et bim un pas de plus vers la porte des enfers.
    C’est quoi cette vision de la femme hyper étriquée, qui ne prend pas son plaisir là où elle peut le trouve, que se soit sur une appli ou en soirée. Parce que coucher avec un mec si elle en a envie fait d’une femme une mauvaise personne ?!? On se bat pour nos droit depuis des années et elle a tout piétiné en 1 commentaire, je trouve tellement hallucinant de lire ça en 2019. Le pire c’est le « je ne défends pas toutes les femmes » en gros y a les bonnes femmes et les mauvaises femmes ? Avec ce genre de raisonnement tu te demandes quel genre de regard elle porte les femmes en général…
    S’éclater au lit avec un mec qu’on choisit entre adultes consentants nous emmènerait droit au bûcher ? Et la parabole sur les enfants on en parle même pas.
    En fait la vie c’est tout écrit : mariage + enfant = belle vie sinon tu n’es qu’un rebut….

    Après que cette vision de la vie soit la sienne c’est une chose mais elle n’est pas obligée de l’imposer au reste du monde. Le jugement de valeur via un simple article sur un blog prouve l’ouverture d’esprit. Certes tu écris sur ton blog et donc tu t’attends à avoir des commentaires négatifs mais rabaisser et insulter à demi mot les gens ne fait pas partie du game.

    Bref, moi j’aime te lire et si ça fait de moi une femme de petite vertue je m’en fou, chacun trouve son bonheur comme il veut et là il veut. Et réflexion faîte je suis ravie que ce fille ne défende pas les femmes comme moi!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :